Pont George V : Olivier Carré a un souci d’arithmétique et de topographie

En conférence de presse le 19 janvier 2018, Olivier Carré a, selon un journaliste de La République du Centre, tenu les propos suivants1 :

Si vous supprimez un sens de circulation pour les voitures, vous supprimez un quart des possibilités de traverser la Loire, or, nous sommes une des villes françaises qui a le moins de possibilités de franchissement”

Petit calcul

Soit les quatre ponts orléanais de franchissement de la Loire (d’ouest en est), hors franchissement autoroutier :

  • Pont de l’Europe : 2×2 voies
  • Pont Joffre : 2×2 voies
  • Pont George V : 2×1 voies
  • Pont Thinat : 2×2 voies

Ils totalisent à eux tous 14 voies de circulation automobile.

En appliquant la règle de trois – 1 x 100 / 14 – il est facile de calculer que la neutralisation d’une voie de circulation sur le pont George V reviendrait à supprimer 7,13 % des possibilités de traverser la Loire en voiture. Si un quart représente toujours 25 %, Olivier Carré se trompe et exagère très largement la difficulté réelle qu’il y aurait à arbitrer en faveur de la suppression d’une voie automobile sur le pont. Car ce qui n’est pas dit c’est qu’en plus de ne représenter qu’une voie sur quatorze, cette voie pèse beaucoup moins que celle des autres ponts de la ville. Comme le rappelle une étude commandée par l’agglo d’Orléans en 20162 :

Le pont George V présente un Trafic Moyen Journalier de l’ordre de 10 300 véh/jour, ce qui le classe en dernière position des ponts les plus fréquentés par les automobilistes de l’agglomération d’Orléans.

À comparer aux 47700 véhicules du pont Joffre ou aux 31800 du pont Thinat.

Topographie ligérienne

Il apparaît difficile de comprendre à quelles autres villes françaises Olivier Carré fait allusion dans ses propos. Il nous semble cohérent de comparer Orléans avec sa consœur ligérienne Tours (même fleuve et taille comparable3). Là encore, un petit inventaire des ponts et de leur nombre de voies de circulation automobile se révèle très instructif. Les deux cartes sont à la même échelle :

PONTS_Tours
Franchissement de la Loire à Tours.
PONTS_orleans.jpg
Franchissement de la Loire à Orléans.

Hors ponts autoroutiers, Tours a 11 voies de franchissement automobile de la Loire là où Orléans en a 14. Même avant l’aménagement de leur première ligne de tramway, les Tourangeaux n’avaient qu’une voie supplémentaire de circulation automobile (le sens nord -sud sur le pont Wilson). Comme le soulignait en 2014 une étude commandée par l’agglo d’Orléans4 :

Le scénario de mise en sens unique de la circulation générale est l’option qui a été retenue par l’agglomération de Tours pour le Pont Wilson. En 2010, 19 300 véhicules
franchissaient quotidiennement ce pont. Depuis 2013, seul le sens de circulation entrant vers le centre-ville est circulable et une piste cyclable a été créée. Cet aménagement a été plébiscité par les associations d’usagers du vélo et a engendré une amélioration de l’attractivité pour les piétons également.

La circulation automobile était donc à l’époque quasiment deux fois plus importante que celle du pont George V. Cela n’a pas empêché les élus d’arbitrer en faveur des vélos. Alors même qu’existe à deux pas du pont Wilson la passerelle St-Symphorien, dévolue exclusivement aux vélos et piétons depuis 1993.

Et qu’en dit le PDU ?

Olivier Carré dit également :

“il y aura un débat avec les élus”

Comment est-il possible qu’en pleine phase de concertation autour de la révision du Plan de Déplacement Urbain (PDU) le sujet du pont George V n’ait jamais été évoqué ? Ce projet crucial en ce qui concerne l’évolution des déplacements urbains dans les années à venir n’a fait l’objet d’aucun débat dans le cadre de cette concertation. Une décision imposée dans l’enceinte du conseil métropolitain, entre élus, serait particulièrement irrespectueuse des procédures en cours.

Non à la voie unique du tramway

Le collectif Vélorution Orléans réaffirme, pétition à l’appui, que rien ne saurait justifier un arbitrage inutilement coûteux pour les finances publiques et pénalisant pour les usagers du tramway (qui sont quatre fois plus nombreux que les automobilistes à franchir le pont chaque jour). L’avenir des villes appartient  aux mobilités douces et actives.


Crédit photo :

Eric Salard (ORLEANS From Flight ORY-MAD 737 EC-LQX) [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Sources et références :

Notes

  1. Florian Buisson, “Pont George V, nouvelle gare à Orléans… Trois infos à retenir du point presse d’Olivier Carré”, La République du Centre, 19 janvier 2018.
  2. Dynalogic, Étude du pont George V, 11 avril 2016, p. 5.
  3. “L’agglomération de Tours est à ce jour en France la 16ème plus grosse communauté urbaine en nombre d’habitants. Orléans est 18ème.” (source France Bleu Touraine, “L’Indre-et-Loire, moteur démographique de la région Centre-Val de Loire”, 23 janvier 2017.
  4. Systra, Compatibilité des projets d’amélioration des circulations douces en franchissement de Loire via le pont George V avec le maintien ou le renforcement de l’offre ligne A du tramway, 29/12/2014, p. 25.

8 réflexions au sujet de « Pont George V : Olivier Carré a un souci d’arithmétique et de topographie »

  1. Démonstration totalement probante . L ‘ arithmétique et le bon sens ont parlé . Nous , cyclistes au quotidien savons compter , comme tout le monde , non ?
    Un essai , nord – sud puis sud -nord sera probant avec suppression d ‘ une voie autos remplacée par voie vélos .

  2. Je me permet : concernant Tours, il n’est pas inintéressant de comptabiliser le pont autoroutier comme passage du fleuve, ses sorties menant très rapidement au centre ville, à contrario de l’A71.
    (Ayant vécu dans les deux, sur ce point, elles ne sont pas comparable 🙂 )

  3. Pfff, en fait il ne s’agit que d’une faute de frappe de Olivier Carré durant sa conversation avec le journaliste ; au lieu de dire 1/14ème, il a prononcé 1/4ème !

    CQFD 😉

  4. A Toulouse , hors ponts de la rocade, c’est 7 voies ds 1 sens (hyper centre vers extérieure) et 5 dans l’autre sens (vers l’hyper centre) ! soit moins qu’à Orléans ! et notre pont emblématique du centre (Pont Neuf) est bus double sens mais voiture uniquement pour sortir et on lance l’idée de supprimer carrément toutes les voitures. On y arrivera mais ns élus ont du retard, ils sont toujours en retard sur leur temps…

  5. Merci d’avoir confirmé ce que j’ai dit : 4 ponts à double sens. 4 possibilités pour une personne de traverser la Loire dans un sens. Si on en supprime un cela fait un quart de moins.
    Après, on peut torturer les chiffres pour obtenir le résultat que l’on souhaite, je vous laisse à cet exercice.
    Merci de participer à ce débat car j’ai bien l’intention d’aboutir à une solution cette année, pour les vélos en site urbain.

    1. Merci, oui merci, Monsieur le maire d’avoir répondu et souligné votre intention d’aboutir à une solution, cette année, pour les cyclistes en site urbain ; Gageons que votre initiative aura tout son poids à l’échelle de notre Métropole.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.