Élections municipales 2020

Dans la perspective des élections municipales nous avons élaboré une liste de 20 engagements pour une politique cyclable ambitieuse dans la métropole orléanaise. Vous trouverez ici les réponses reçues, classées par commune.

Dans chaque tableau, les listes apparaissent dans l’ordre chronologique de réception des réponses (à gauche, celle qui a répondu en premier et ainsi de suite).

Les appels de note contiennent les remarques faites éventuellement par le répondant en complément de sa réponse par oui/non (symbolisés par ✅ / ❌).

Orléans

Nom de la listeOSE (Orléans Solidaire Ecologique)Nous, elle, OrléansFaire Respirer OrléansLes Orléanais au coeurOrléans Naturellement avec Olivier Carré
Candidat·e tête de listeJean-Philippe GrandNathalie KerrienBaptiste ChapuisSerge GrouardOlivier Carré
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant94939291
2. Respect de la Loi LAURE90898887
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"8685848382
4. Apprentissage du vélo à l'école8180797877
5. Zone à Faible Émission métropolitaine7675747372
6. Révision du plan de circulation7170696867
7. Forfait Mobilité Durable66656463
8. Maison du Vélo62616059
9. Extension de la zone 305857565554
10. Création de véloroutes5352515049
11. Promotion de la logistique légère de proximité4847464544
12. Intermodalité4342414039
13. Respect des aménagements cyclables38373635
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans3433323130
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs2928272625
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs2423222120
17. Multiplication des arceaux vélos1918171615
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage1413121110
19. Généralisation des sas Vélo aux feux98765
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie4321

Bou

Nom de la listeBOU, Notre Village à Tous
Candidat·e tête de listeBruno Coeur
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant100
2. Respect de la Loi LAURE99
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"
4. Apprentissage du vélo à l'école
5. Zone à Faible Émission métropolitaine98
6. Révision du plan de circulation97
7. Forfait Mobilité Durable
8. Maison du Vélo
9. Extension de la zone 30
10. Création de véloroutes96
11. Promotion de la logistique légère de proximité
12. Intermodalité
13. Respect des aménagements cyclables
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs
17. Multiplication des arceaux vélos
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage95
19. Généralisation des sas Vélo aux feux
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Fleury-les-Aubrais

Nom de la listeRéveiller Fleury
Candidat·e tête de listeCarole Canette
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant106
2. Respect de la Loi LAURE105
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"104
4. Apprentissage du vélo à l'école
5. Zone à Faible Émission métropolitaine103
6. Révision du plan de circulation
7. Forfait Mobilité Durable
8. Maison du Vélo
9. Extension de la zone 30102
10. Création de véloroutes
11. Promotion de la logistique légère de proximité
12. Intermodalité
13. Respect des aménagements cyclables
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs101
17. Multiplication des arceaux vélos
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage
19. Généralisation des sas Vélo aux feux
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Ingré

Nom de la listeEnsemble Pour la Réussite d'IngréIngré2020, partageons l'avenir
Candidat·e tête de listeGuillem LerouxChristian Dumas
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant130
2. Respect de la Loi LAURE
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"129
4. Apprentissage du vélo à l'école128127
5. Zone à Faible Émission métropolitaine126
6. Révision du plan de circulation125
7. Forfait Mobilité Durable
8. Maison du Vélo124123
9. Extension de la zone 30122
10. Création de véloroutes121120
11. Promotion de la logistique légère de proximité119118
12. Intermodalité117
13. Respect des aménagements cyclables116
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans115
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs114113
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs112111
17. Multiplication des arceaux vélos110109
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage
19. Généralisation des sas Vélo aux feux108
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie107

Mardié

Nom de la listeAgir ensemble pour Mardié
Candidat·e tête de listeClémentine Cailleteau-Crucy
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant145
2. Respect de la Loi LAURE
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"144
4. Apprentissage du vélo à l'école143
5. Zone à Faible Émission métropolitaine142
6. Révision du plan de circulation141
7. Forfait Mobilité Durable140
8. Maison du Vélo139
9. Extension de la zone 30138
10. Création de véloroutes137
11. Promotion de la logistique légère de proximité136
12. Intermodalité135
13. Respect des aménagements cyclables
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans134
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs
17. Multiplication des arceaux vélos133
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage132
19. Généralisation des sas Vélo aux feux131
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Olivet

Nom de la listeA gauche pour OlivetOlivet écologique et solidaire
Candidat·e tête de listeDominique RagonJean-Christophe Haglund
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant
2. Respect de la Loi LAURE166
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"165164
4. Apprentissage du vélo à l'école163162
5. Zone à Faible Émission métropolitaine161160
6. Révision du plan de circulation
7. Forfait Mobilité Durable159
8. Maison du Vélo158
9. Extension de la zone 30157
10. Création de véloroutes156
11. Promotion de la logistique légère de proximité155
12. Intermodalité154153
13. Respect des aménagements cyclables152151
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans150
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs149
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs148
17. Multiplication des arceaux vélos
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage147
19. Généralisation des sas Vélo aux feux146
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Saint-Jean-de-Braye

Nom de la listeAvec vous préparons demain
Candidat·e tête de listeJean-Noël Robin
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant186
2. Respect de la Loi LAURE185
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"184
4. Apprentissage du vélo à l'école183
5. Zone à Faible Émission métropolitaine182
6. Révision du plan de circulation181
7. Forfait Mobilité Durable180
8. Maison du Vélo179
9. Extension de la zone 30178
10. Création de véloroutes177
11. Promotion de la logistique légère de proximité176
12. Intermodalité175
13. Respect des aménagements cyclables174
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans173
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs172
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs171
17. Multiplication des arceaux vélos170
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage169
19. Généralisation des sas Vélo aux feux168
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie167

Saint-Jean-le-Blanc

Nom de la listeSaint Jean le Blanc AutrementAgissons ensemble pour Saint-Jean-le-Blanc
Candidat·e tête de listeFrançoise GrivotetChristophe Tafani
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant212211
2. Respect de la Loi LAURE210
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"209208
4. Apprentissage du vélo à l'école207206
5. Zone à Faible Émission métropolitaine205204
6. Révision du plan de circulation203
7. Forfait Mobilité Durable202
8. Maison du Vélo201
9. Extension de la zone 30200
10. Création de véloroutes199198
11. Promotion de la logistique légère de proximité197196
12. Intermodalité195
13. Respect des aménagements cyclables
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans194193
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs192191
17. Multiplication des arceaux vélos190
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage189
19. Généralisation des sas Vélo aux feux188
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie187

Saran

Nom de la listeMon Parti c'est SaranContinuons avec vous pour Saran
Candidat·e tête de listeGérard VesquesMaryvonne Hautin
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant239238
2. Respect de la Loi LAURE237236
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"235
4. Apprentissage du vélo à l'école234
5. Zone à Faible Émission métropolitaine233232
6. Révision du plan de circulation231
7. Forfait Mobilité Durable230
8. Maison du Vélo229
9. Extension de la zone 30228227
10. Création de véloroutes226
11. Promotion de la logistique légère de proximité225224
12. Intermodalité223222
13. Respect des aménagements cyclables221220
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans219
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs218
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs
17. Multiplication des arceaux vélos217
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage216
19. Généralisation des sas Vélo aux feux215214
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie213

Semoy

Nom de la listeSemoy bien vivre ensembleSemoy Aujourd'hui et Demain Avec Vous
Candidat·e tête de listePhilippe LaventureLaurent Baude
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant257
2. Respect de la Loi LAURE256
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"255254
4. Apprentissage du vélo à l'école253252
5. Zone à Faible Émission métropolitaine251250
6. Révision du plan de circulation
7. Forfait Mobilité Durable249
8. Maison du Vélo248
9. Extension de la zone 30247
10. Création de véloroutes
11. Promotion de la logistique légère de proximité246
12. Intermodalité
13. Respect des aménagements cyclables245
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans244
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs243
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs242241
17. Multiplication des arceaux vélos240
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage
19. Généralisation des sas Vélo aux feux
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Crédit photos :

Notes

  1. Oui c’est tout l’objet du comité des usagers vélos que nous souhaitons mettre en place.
  2. Cet engagement est essentiel et complémentaire de la révision initiale du plan de circulation qui n’aurait pas de sens si demain la prise en compte des cyclistes et des piétons n’est pas faite d’emblée dans chaque projet.
  3. 20- Nous nous engageons à prendre en compte les cyclistes, tout comme les PMR, poussettes etc ...lors de la mise en place de chantiers. Le comité vélo pourrait servir de support consultatif.
  4. C'est dans notre programme.
  5. Là encore, le comité d’usagers devra guider les services (cf programme sur le point signalisation)
  6. Tout à fait d’accord sur le principe, à étudier précisément cas par cas.
  7. Oui, dans un respect des normes de sécurité et du code de la route.
  8. 19- L’intégration progressive de Sas vélos est une mesure intéressante. Avec un plan vélo efficace, le nombre de cyclistes augmentant, il faudra nécessairement les mettre en place.
  9. Ce sont de propositions de bon sens. A voir comment cela peut être mis en place techniquement pour les feux existants. En cas de rénovation de voirie cela sera obligatoirement pris en compte. Les "tourne-à-droite" cyclistes seront également généralisés, y compris dans les zones éloignées de l'hyper-centre.
  10. C’est une bonne idée et cela correspond à un véritable besoin des usagers : par ex ceux qui n’ont pas de local vélo chez eux. Nous en évaluerons le besoin.
  11. à étudier précisément pour chaque parking, les solutions pouvant être différenciées.
  12. Ces parkings feront partis des parkings à vélo sécurisés que nous souhaitons faire.
  13. 18- Si la maison du vélo fait du gardiennage et que les arceaux/box se multiplient, nous ne souhaitons pas créer des zones vélo dans les parkings. Les aménagements de pistes cyclables vont déjà supprimer des places de stationnement dans les rues. Encore une fois, évitons l’opposition vélo/voiture.
  14. Cette mesure est séduisante sur la papier mais nous nous interrogeons sur sa pertinence à l'usage. Tout d'abord l'accès serait compliqué dans certains parkings pour les vélos car ces parkings ont été pensés pour des voitures (rampes d'accès en spirale ou à forte pente). De plus la sécurité sera relative car les gardiens ne sont pas toujours présents. Pour les stationnement de courtes durées nous préférons installer plus d’anneaux en surface au plus près des magasins et des équipements publics.
    Cette solution devra cependant être envisagé dans les lieux à forte demande et pour les stationnement prolongés, comme aux alentours des gares. En priorité une vraie zone dédiée aux vélos devra être créée dans la parking de la gare des Aubrais. S'il existe des opportunité près de la gare d'Orléans, même pour des parkings de résidences privées elles seront saisies.
  15. Ce sera l’une des missions du comité d’usagers (CF notre programme)
  16. Pour une augmentation forte du nombre des arceaux vélos et pas nécessairement que dans le seul intra-mail… A voir au cas par cas pour les stationnements proches des établissement scolaires. En ce qui concerne les box vélos fermés supplémentaires, à étudier en fonction des besoins, il ne sert à rien d’en construire s’ils ne sont pas utilisés…
  17. Nous multiplierons les arceaux ainsi que les parkings vélo sécurisés.
  18. 17- Le principal ennemi du cycliste est le voleur (et non pas l’automobiliste ou le piéton).
    Si nous voulons inciter nos administrés à prendre le vélo il faut leur offrir des moyens de le sécuriser. Les arceaux et les box seront multipliés.
  19. C'est dans notre programme. Pour les box vélos fermés et sécurisés cela devra être bien étudié en amont car les boxes actuels hors de prix ne sont pas que très partiellement utilisés. Une ré-utilisation astucieuse de lieux déjà sécurisés pourra être envisagée (parking à voiture sous-terrain par exemple, voir point suivant).
  20. Ce sera un véritable axe de modification du réseau actuel. Progressivement, toutes ces pistes seront revues. (cf programme point 3 et 1)
  21. Dans certains cas, c’est la solution la meilleure ou… la moins mauvaise. Il ne faut pas de dogmatisme en cette matière : faudrait-il ainsi proscrire toutes les zones de partage ?
  22. Oui, ces espaces sont dangereux. C’est pour cela que nous créerons des voies dédiées et sécurisées. Les espaces partagés avec les voies de bus sont aussi à supprimer.
  23. 16- Nous nous engageons à renoncer aux aménagements cyclables sur les trottoirs car ils sont effectivement dangereux et occasionnent des conflits piétons/cyclistes. Il faut rester dans la logique d’un territoire partagé. Au royaume des flux, le piéton doit rester le roi, un usager prioritaire.
  24. Il n'y aura pas de création de nouvelles pistes cyclables sur les trottoirs et les pistes actuelles qui sont sur des trottoirs seront repensées. On ne peut cependant exclure que ponctuellement des zones de cohabitation subsistent quand toutes les autres alternatives y auront été examinées.
  25. Oui dans le cadre de notre plan piétons des panneaux indicatifs distance et temps sont prévus dans un 1er temps en centre-ville.
  26. Pour un plan de jalonnement dont les caractéristiques seront étudiées en concertation avec tous les acteurs concernés.
  27. Oui, cela va avec le plan de circulation et la sécurisation des espaces de circulation.
  28. 15- Le jalonnement est une mesure pédagogique efficace, nous la mettrons en oeuvre. Ceci constituera une base de l’action confiée au bureau des temps » que nous souhaitons également créer.
  29. Il n'est pas prévu de mettre en place cette mesure systématiquement. Continuons dans un premier temps à développer l’application "géo vélo" et essayons de ne pas encombrer l’espace public avec des panneaux supplémentaires. A terme et pour certains itinéraires, surtout à destination des touristes et dans les secteurs à forte rotation de Vélo +, cela pourrait être envisagé.
  30. Nous ne sommes pas convaincus de l’intérêt de faire cette expérimentation car le vrai sujet est non seulement de franchir la Loire mais aussi d’arriver ou de sortir du pont. Les aménagements ad-hoc nécessaires pour sécuriser les flux vélos dès lors qu’ils seraient plus importants qu’aujourd’hui, ne sont pas prévus en sortant du point G5.
  31. Nous nous engageons à étudier dès l’été en détail l’ensemble des solutions pour sécuriser la traversée du pont George V pour les vélos : Voie unique voiture sens sud / nord, voie tram unique, passage des vélos sur la voie tram et passerelle. Parallèlement, une expérimentation d’un sens unique sera proposée pour quelques mois. Il sera alors possible avant mars 2021 de choisir la solution à retenir pour un début de mise en œuvre immédiat.
  32. Nous avons déjà pris l’engagement de repenser les franchissements de la Loire. Cela passera par :
    - la refonte des accès des ponts pour sécuriser l’accès vélo et piéton,
    - la sécurisation de la circulation sur les ponts avec espaces protégés,
    - le passage en voie unique du pont George V en attendant la réalisation d’une étude pour une passerelle.
  33. 14- Le franchissement du pont royal est LE point noir du vélo à Orléans. Nous nous engageons à neutraliser la voie de circulation nord/sud. Ceci, dès les tous premiers mois de notre mandat. Cette mesure sera LA mesure phare inaugurale du plan vélo.
  34. C'est même le premier engagement de notre programme ;-)
  35. Nous avons prévu de mener des campagnes de sensibilisation sur le « code de la rue » et évidemment de réprimer les contrevenants (cf programme)
  36. La protection des cyclistes, et des zones qui leur sont attribuées, passera par la verbalisation en cas de non respect des règles. Cette logique va dans l’autre sens également concernant les cyclistes qui ne respecteraient pas les zones qui leurs sont dédiées quand celles-ci seront bien identifiées et nombreuses.
  37. 13- Bien évidemment, il faut verbaliser le non respect des aménagements. Pour les cyclistes, les PMR, les poussettes. La mise en place de plots sur les trottoirs peut également éviter ces incivilités.
  38. C'est dans notre programme (partie "tranquillité publique"). Plus largement ces actions "répressives" devront s'accompagner de mesures "éducatives" comme la mise en place d'un "code de la rue" qui devra permettre d'apaiser les relations entre les utilisateurs des différents modes de transports et ne plus opposer piétons à vélos, vélos à voiture, trottinettes à piétons, ...
  39. Nous avons prévu d’établir une feuille de route avec le comité d’usagers vélo qui prendra en main ces sujets et nous les mettrons en œuvre. (cf programme)
  40. Oui pour lancer une étude technique sur ce point
  41. Oui, grâce à des casiers à vélo et d’autres équipements permettant à la fois l’intermodalité, et la protection contre les vols et les dégradations. L'intermodalité passera également par l’augmentation de la fréquence des trams et des bus, dont la faiblesse empêche aujourd’hui l’accès aux vélos mais aussi, aux fauteuils et aux poussettes. Comment entrer dans un bus bondé ?
  42. 12- L’intermodalité est un point trop souvent négligé. Cela permet d’étendre les déplacements possibles. Nous entendons la favoriser.
  43. C'est dans notre programme. Nous aimerions également relancer la desserte des communes limitrophes par les lignes SNCF (en commençant par la création d'une halte à la Source derrière le CNRS), mais également sur la ligne Orléans-Blois puis à terme Orléans-Châteauneuf. Il faudra alors penser les gares comme des pôles d'intermodalité.
  44. L’office du commerce aura pour « mission » de développer des services aux clients des commerçants dont la livraison à domicile, par exemple. Cela devra se faire en mode doux. Au niveau des services de la ville d’Orléans nous envisageons de recourir assez rapidement et exclusivement à des livraisons effectuées par des véhicules propres type Kangourou vert, triporteur…selon volume et poids.
  45. Oui pour promouvoir de nouveaux usages, à étudier en liaison avec tous les acteurs concernés dont les commerçants.
  46. Nous mettrons en place des entrepôts intermédiaires point de départ des livraisons du dernier KM que nous souhaitons plus propres : tram-fret, véhicules électriques, livraison vélo...
  47. 11- La promotion de logistique légère est intéressante mais il faut faire attention aux mesures coercitives qui ne pourront être prises que dans un second temps. Un changement n’est efficace que s’il est compris et accepté par tous.
  48. Repenser toute la "logistique du dernier kilomètre" est dans notre programme.
  49. Oui 2 sont prévues : axe N-S et E-O d’ici à 2024 plus l’itinéraire intra-urbain passant au cœur de la ville et traversant la Loire sur la passerelle.
  50. accord sur le principe, la mise en œuvre ne peut être engagée avant la révision du plan de circulation.
  51. La création d'espaces de circulation sécurisés pour les piétons et cyclistes sur de longues distances est un enjeu majeur pour le développement urbain du territoire. C’est dans ce cadre que nous souhaitons mettre en place 100 KM de pistes cyclables sécurisées et cohérentes.
    Concernant l’axe nord-sud nous souhaitons que celui existant soit mieux signalé, entretenu, sécurisé, voir doublé à l’ouest.
    Dans le cadre de ces routes, la refonte des franchissements de la Loire sera le plus gros chantier. Nous ne nous déroberons pas face à cela.
  52. 10- Les aménagements doivent être réalisés pour obtenir, le plus vite possible, une Véloroute qui incitera encore davantage la pratique du vélo dans les déplacements quotidiens. Assurer la rapidité et la facilité des déplacements, garantir leur sécurité : telles sont les objectifs que nous souhaitons nous fixer pour accompagner la mutation. Oui, un axe Nord/Sud semble prioritaire. N’oublions pas que l’essor du vélo à assistance électrique augmente considérablement les trajets potentiels notamment vers les zones périphériques.
  53. C'est dans notre programme. Un axe nord-sud sera étudié en priorité. Il concernera dans un premier temps la commune d'Orléans et devra servir de modèle pour entraîner les aménagements sur les autres communes de la métropole. Une telle mesure ne peut être pensée qu'à l'échelle métropolitaine. Ceci devra être pensé en parallèle d'une autre mesure de notre programme, la création d'une "coulée verte".
    Dans un second temps un axe Est-Ouest devra être envisagé.
  54. - Attention car cela ne va pas résoudre les problèmes de pollution car les zones 30 augmentent la stagnation des polluants liés au freinage des véhicules qui émet des particules fines nocives pour notre santé. Donc il faut veiller à maintenir une fluidité de la circulation sur les axes importants dès lors qu’ils assurent en toute sécurité la circulation des vélos, notamment dans les relations avec les zones d’activités économiques.
    - Cela pourra néanmoinq faire l’objet d’une concertation entre les Maires des communes de la Métropole afin d’homogénéiser les zones à 30km/h (la métropole ne peut imposer ce type de décision aux autres : c’est le pouvoir de police du Maire de modifier les vitesses de circulation).
    - En ce qui concerne Orléans nous nous engageons sur l’intramail à maintenir les zones à 30 tout en poursuivant notre travail de sécurisation et de développement des déplacements doux et actifs.
  55. Oui pour une extension de la zone 30 mais il est prématuré d’en préciser le contenu avant la révision du plan de circulation.
  56. Une telle décision dépend de l'étude, au cas par cas, de la configuration de chaque centre-ville. Il n'appartient pas à l'équipe d'Orléans de décider pour les autres villes, bien qu'elle puisse amorcer des décisions en ce sens.
    Pour ce qui concerne Orléans, la réflexion sur les zones 30 sera menée en même temps que la révision du plan de circulation. Nous étendrons les aménagements de ralentissement à l’ensemble des quais.
  57. 9- Comme pour la zone à faibles émissions, nous éviterons l’extension de la zone « 30 » qui pourrait déclencher une opposition bloquante.
  58. Cette mesure concernera dans un premier temps les quais de Loire. Pour les quartiers excentrés d'Orléans cela devra être pensé en fonction du plan de circulation (proposition 6). Pour les autres communes de la métropole, cela dépendra de la majorité à la métropole !
  59. Oui à proximité de la capitainerie avec implantation de consignes sur parcours Loire à Vélo et nous travaillerons en lien avec des assos locales (type 1-Ter-Actions) pour réparer les vélos…
  60. Une telle structure pourrait voire le jour, avec la participation d'acteurs déjà existant, et faciliterait la diffusion et l'appropriation de cette modalité de déplacement aux Orléanais. Nous ne nous engageons pas sur la temporalité de son inauguration, mais un tel lieu verrait le jour avant la fin du mandat.
    Par ailleurs, nous installerons des parkings à vélo sécurisés partout dans la ville.
  61. 8- La maison du vélo est une excellente proposition à mettre en œuvre le plus vite possible. Elle doit devenir le symbole de cette politique volontariste. Elle pourra être aussi un lieu d’insertion.
  62. C'est en partie dans notre programme. Ceci sera mené en lien avec des associations comme Interaction. Peut-être à côté du Lab’O à la place du bâtiment logistique ?
  63. - Nous avons déjà mis en place des indemnités kilométriques vélos ainsi qu’une prise en charge à 100% pour les agents de la métropole de leurs abonnements TAO (tous transports confondus) et 50% pour les agents ville d’Orléans.
    - Notre objectif est d’augmenter à 10% la part modale vélo et donc de favoriser l’usage du vélo et de manière plus globale d’inciter à l’usage des transports doux et actifs tout public confondu (gratuité pour les moins de 18 ans et les titulaires d’une carte d’anciens combattants et tarifs réduits pour les plus de 65 ans, les étudiants et les personnes atteintes de handicap)
    - Nous continuerons à prendre en charge une partie du prix d’achat d’un VAE (400€ selon QF)
  64. dans le cadre de la loi LOM et dans celui de la négociation avec les organisations syndicales.
  65. 7- Le forfait mobilité doit se faire au niveau de la métropole. Mesure à étudier et chiffrer ultérieurement.
  66. Cette possibilité offerte par la loi d'orientation des mobilités en vigueur depuis le 1er janvier sera négociée avec les organisations syndicales représentatives de façon à impliquer tous les agents de la métropole. Si possible elle sera étendue aux salariés prestataires et aux sous-traitants.
  67. Notre priorité sera donnée aux piétons, puis cyclistes puis automobilistes (CF programme). Cela aura des conséquences sur les sens de circulation là où le gabarit de la voie amènera à faire des choix. Tout ceci se fera, comme nous le faisons aujourd’hui, en étroite concertation avec les riverains.
  68. Il y aura une révision complète du plan de circulation à laquelle sera associé le comité vélo. La sécurisation des itinéraires vélo sera bien sûr l’un des éléments de ce plan. Le sens unique est une des solutions mais pas la seule…
  69. Nous avons proposé de réviser complètement le plan de circulation d’Orléans : transports en commun, auto, vélo. Cette révision accompagnera le développement des transports en commun et des pistes cyclables protégées.
  70. 6- Bien sûr, pour faire une place aux vélos, le plan de circulation doit être révisé. Ecoutons, proposons, améliorons…
  71. C'est dans notre programme. Cela devra être fait à l'échelle métropolitaine mais la ville d'Orléans peut et doit initier ces changements. Cela sera pensé en même temps que la redéfinition du maillage des transports en commun (TAO).
  72. Des tests pourront être pratiqués en ce sens notamment en centre-ville où certaines rues seront réservées aux modes doux. Par ailleurs nous rappelons notre engagement à avoir des transports publics totalement décarbonés à l’horizon 2026.
  73. Nous nous engageons à étudier la création de ZFE dans le cadre de la révision du plan de circulation qui sera initié dès la première année du mandat.
  74. Les zones piétonnes, ou à circulation réduite, existent déjà au sein d'Orléans. Néanmoins, la politique de développement urbain envisagée par la liste permettrait à terme d'augmenter ce type d'espace. Les péages urbains sont difficilement envisageable pour une ville de cette taille. L'impact sur l'accessibilité serait trop important : Orléans doit rester ouvert aux espaces périphériques et ruraux sans quoi nous créerons des exclusions sociales et urbaines.
  75. 5- Cette mesure de zone à faibles émissions peut s’étudier mais nous ne souhaitons pas la traiter de manière concomitante avec la mise en place de ce « plan vélo ». Nous ne souhaitons pas opposer le vélo à la voiture. La révolution peut se faire sans couper la tête des automobilistes. Quand le centre sera vraiment accessible en vélo et en transport en commun, alors nous pourrons limiter l’accès à certains véhicules. Offrir une alternative avant d’interdire.
  76. Cela nous parait difficile à mettre en place concrètement dans notre métropole, à part dans l'hyper-centre piétonnisé. Nous devons lutter contre les origines du problème plutôt qu'interdire certains types de véhicules.
    Il est plus judicieux par exemple de mettre en place la livraison du « dernier kilomètre » par des véhicules électriques.
    De plus Orléans est une ville de transit en particulier sur l’autoroute. Il nous sera impossible d’interdire les véhicules les plus polluants qui traversent notre métropole par cette voie ou par la RD2020. Mais bien évidemment toutes les initiatives pour que des véhicules moins polluants circulent dans la ville (et pas uniquement dans l'hyper-centre) seront étudiées.
  77. C’est l’un des items du plan « Je passe au vélo ». avec l’apprentissage du code de la route et au collège l’ASSR (attestation scolaire de sécurité routière). Et mise à dispo par la ville de garage à vélos au sein des écoles.
  78. Oui bien sûr pour l’apprentissage du vélo dès l’école primaire. Les moyens seront définis au cas par cas avec les écoles. Un compte rendu annuel sera proposé au comité vélo.
  79. La municipalité n'a pas de capacité d’action sur le contenu des cours. Elle peut cependant proposer, à travers les Actions Éducatives, ou les temps périscolaires, des actions de sensibilisation à l'utilisation des vélos. Nous souhaitons systématiser ces temps.
    Par ailleurs nous installerons dans chaque école des garages à vélo sécurisés.
  80. 4- Apprentissage du vélo à l’école. Il s’agit pour nous d’un point très important. Tout passe par l’éducation. Ce sont nos enfants qui nous incitent à prendre le vélo. Ce sont aussi eux qui peuvent nous freiner à le prendre par peur de les insérer dans la circulation. L’éducation à l’école du « savoir rouler en ville » est un vrai plus. Le vélo doit devenir un réflexe. Nous soutiendrons cette initiative dans toutes les écoles primaires de la ville. La maison du vélo peut être un lieu d’apprentissage.
  81. C'est dans notre programme à l'intersection des thématiques "mobilité" et "éducation".
    La création d'une piste d'apprentissage pérenne pour toutes les écoles d'Orléans est envisagée pour mutualiser les coûts. Dans un premier temps un soutien sera apporté aux associations de parents d'élèves souhaitant mettre en place des pédibus et vélobus puis des parcours pourront ensuite être mis en place par la mairie.
    Des garages à vélo couverts pour vélos et trottinettes seront installés dans toutes les écoles (selon place disponible).
  82. OK Cf nos propositions de campagne page 14 de notre programme : « l’ensemble de la politique vélo sera co-construite avec un comité d’usagers » et nous comptons aller au-delà en travaillant avec ce comité d’usagers sur les différents modes de transport (pas seulement vélo)
    En parallèle nous mettrons également en place un plan piéton en collaboration avec les associations avec des parcours sécurisés, ombragés et fléchés.
  83. Ce comité comprendra évidemment aussi les élus concernés et des représentants des quartiers. Il sera consulté sur les objectifs et le suivi de la politique vélo de la métropole.
  84. Dans le cadre d'une politique de démocratie participative (cf nos engagements sur la question), la création d'audit citoyen ou de comité de pilotage associant services, élus et associations prend tout son sens. Cela fait parti de nos engagements.
  85. 3- La métropole doit s’attacher à organiser mais aussi à consulter un comité-vélo. Là encore, nous ne pouvons pas nous y engager mais nous soutiendrons cette initiative.
  86. C'est dans notre programme. Cela s'inscrit dans la logique de concertation à tous les niveaux et d'implication des citoyens dans les décisions publiques qui est en particulier proposé par le collectif Orléans Ensemble qui fait partie de notre liste.
    Cette concertation pourra être animée par un "Monsieur ou Madame Vélo", mais il est probable que cette concertation soit pertinente surtout à l'échelle métropolitaine.
  87. Oui CF le12ème engagement de notre programme sur le partage équitable de la voirie et des rues qui seront avant tout refaites en privilégiant d’abord les piétons puis vélos, puis voitures…Donc nous nous engageons à donner obligatoirement une place aux vélos.
  88. Une politique vélo à Orléans doit s’appuyer sur un tel cadre, et même chercher à aller plus loin. Nous souhaitons qu’il y ait à Orléans 100km de pistes cyclables cohérentes et sécurisées.
  89. 2- Le respect de la loi LAURE est évidemment la base d’une politique publique relative au vélo. Nous nous engageons à la mettre en œuvre.
  90. La loi LAURE doit en théorie toujours être respectée ;-)
    On sait que parfois son application peut entrer en contradiction avec d'autres contraintes. Ainsi pour des cas très spécifiques il se pourrait qu'un arbitrage soit fait en fonction d'autres contraintes mais ces cas devront rester exceptionnels.
    L'esprit de la loi sera dans tous les cas respectée.
  91. 25€ par habitant impliquerait un budget annuel de 43 M€ sur la politique vélo. Par comparaison, l’ensemble de la politique de transport sur l’agglomération coûte environ 100 M€ par an. Ce montant de 25€ qui semble faible par habitant, est en fait un montant très important et intenable si l’on prend ce chiffre stricto sensu. Néanmoins, le Plan vélo est aujourd’hui budgété à 5,3 millions d’€/an (vs 1,5 millions d’€/an aujourd’hui) ce qui correspond déjà à un budget de 18,5€/hbt soit environ 32 millions d’€ sur la mandature, hors passerelle. Il s’agit en plus de la part strictement dévolue au vélo et bien entendu des réalisations/travaux de voirie en découleront. Il est fort probable que les 25€ par habitant/an, soit 43 Millions soit donc atteint au cumulé. Ce à quoi nous pouvons également rajouter toutes les autres mesures en matière de mobilité que nous proposons pour développer l’usage du vélo et mobiliser l’ensemble des acteurs : plan « Je passe au vélo » qui doit rendre l’usage du vélo plus facile et plus adapté pour les familles ; guichet de la mobilité avec une offre complète de tous les modes de transport possibles ; réalisation de 2 autoroutes à vélo....
  92. En France, le budget moyen pour la politique cyclable est actuellement de 8€/ habitant. Passer à 25€ serait un message fort et influerait réellement sur le long terme.
    Dépenser pour dépenser n’a que peu d’intérêts : cette augmentation du budget sera faite au fil de la montée en puissance des investissements dans le vélo.
  93. 1- Nathalie Kerrien s’engage à n’être que Maire d’Orléans. Elle ne cumulera pas la charge municipale avec la présidence de la métropole. Cependant, nous pèserons de toutes nos forces pour doter la métropole d’un vrai programme budgétaire pluriannuel pour la politique cyclable. Un budget à la hauteur de nos ambitions. Une dotation initiale de 25 euros par habitant peut servir de base de discussion.
  94. 25€/habitant soit environ 7 millions d'euros par an. Ce budget s'entend au global : mise en place effective des 5 Meuros/an du "Plan Vélo" + financement d'aménagements spécifiques pour les vélos lors des travaux de rénovation.
  95. Là encore, seul Orléans est concerné ; c'est le reproche global sur ce questionnaire. C'est un questionnaire métropolitain ou Orléanais ???
  96. Si axe sud nord seulement, alors non. Toujours l'Est qui est pénalisé !
  97. Sur notre programme
  98. Une Zone telle que précitée serait très orientée sur Centre ville Orléans seulement ; je suis pour un élargissement à l'ensemble de la Métropole ; pourquoi le Centre de la ville la plus riche, et pas les autres, en particulier les petites communes.
  99. Dans notre programme
  100. A remarquer toutefois que certaines communes ont fait beaucoup plus d'efforts que d'autres à ce jour.
  101. Pas de pistes cyclables supplémentaires sr les trottoir, et par ailleurs réflexions sur celles existantes.
  102. Oui sur le principe. Nous attirons toutefois l'attention sur les difficultés parfois engendrées poir le confort et la sécurité des cyclistes par des aménagements destinés à réduire la vitesse des automobilistes.
  103. Il convient d'accroitre les zones piétones ou à circulation réduite. Il convient toutefois de ne pas mener une politique écologique punitive et sanctionnant les plus modestes et/ou les personnes dont la mobilité est rendue plus difficile en raison d'un handicap, de situations familiales. Interdire les véhicules les plus polluants qui traversent notre métropole par RD2020 est par exemple inenvisageable.
    Mais bien évidemment les initiatives pour que des véhicules moins polluants circulent dans la ville (développement transport en commun, amélioration réseau cyclable, etc..) seront étudiées.
  104. Dans le cadre d'une politique de démocratie participative que nous portons, (avec notamment ateliers citoyens et budgets participatifs) la création d'un comité associant services, élus et associations est des plus pertinente sur la question des aménagements cyclables.
  105. Le respect de la loi Laure sera une préoccupation constante, et nous devons mener une politique résolue pour offrir des aménagements cyclables cohérents et continus. Nous nous y engageons sans détours, en précisant tout de même que dans des cas qui doivent rester très exceptionnels, des contraintes fortes pourraient amener à des arbitrages.
  106. En France le budget moyen par habitant de la politique cyclable est de 8 euros/an et par habitants. Un passage à 25 euros, est un objectif à atteindre, et sera poursuivi résolument avec une montée en puissance au long du mandat.
  107. Bonjour
    Il aurait fallu je pense, créer une question plus ouverte permettant à chaque liste d'ajouter de nouveaux points en plus des 20 questions
    J'aurai pu développer le car à pattes voire à vélos, les nouveaux aménagements souhaités de franchissement souterrain de l'autoroute et aériens avec la création d'un nouveau pont et une piste cyclable exigée auprès de Cofiroute, notre projet de distribuer aux enfants des écoles des équipements de sécurité, notre aide financière unique dans la Métropole de financement de location VAE TAO, la fin des discontinuité en 3 ans de nos pistes actuelles, la réhabilitation des chemins ruraux etc etc
  108. Pourquoi ne pas généraliser le tournes à droite dans la ville ?
  109. Nous avons budgété dès 2019 l'achat de ce mobilier urbain, notamment à proximité des commerces locaux et des équipements municipaux (culturels, sportifs,...)
  110. Tout à fait d'accord pour mettre en place l'article 52 de la LOM. Notre priorité sera d'installer un vrai box à vélo au niveau de l'arrêt Maurice Genevoix, lieu d'intermodalité central à Ingré.
  111. Cette décision nécessite du temps pour sa mise en œuvre, surtout sur les voiries déjà aménagées
  112. Dans les zones peu urbanisées de la métropole, l'aménagement sur les trottoirs procure une réelle sécurité sans créer de conflits d'usage en raison du faible nombre de piétons et de vélos en circulation. Cette solution peut permettre de créer un réflexe vélo en procurant un sentiment de sécurité aux cyclistes.
  113. Nous allons le créer à Ingré, à la fois vers le centre bourg mais aussi vers les écoles
  114. Nous proposons de revoir toute la signalétique urbaine, votre idée entre donc dans notre projet.
  115. Cela dépend du maire d'Orléans, je ne peux donc pas me prononcer.
  116. C'est une des missions prioritaires de notre Police Municipale
  117. Des emplacements sont déjà existants sur Ingré
  118. Nous y sommes favorables mais peu touchés sur notre ville
  119. Une des voies de promotion de la logistique légère est de doter les services municipaux de vélo-cargos pour les opérations de maintenance et d'entretien les plus simples. Ainsi, la puissance publique montre la voie à suivre e la faisabilité d'un tel fonctionnement.
  120. Nous avons fait figurer dans notre programme cette proposition dans le cadre du dédoublement de la RD 2057
  121. Notre priorité sera la création d'un axe : Ormes, Ingré, Saint-Jean-de-la-Ruelle, Orléans.
  122. Pour Ingré, la réponse est oui. Pour le reste, cela dépend des élus de chaque commune
  123. Si des permanences de cette maison peuvent se tenir dans des communes de la Métropole, nous sommes intéressé pour les accueillir à Ingré
  124. Excellente idée ! Dans le cas où je serais élu, pourrions-nous travailler ensemble pour organiser une fois par semestre un atelier vélo ouvert à tous ?
  125. C'est une des priorités de la ville d'Ingré avec plus d'une piste cyclable créée chaque année depuis 12 ans
  126. Les Ingréennes et les Ingréens doivent pouvoir se rendre dans la métropole avec leurs moyens de transport. Les plus démunis ont parfois de véhicules anciens qui ne répondent pas à certaines normes récentes, les priver d'un accès à une forme de mobilité géographique me semble contreproductif.
  127. La police municipale vient en renfort des enseignants pour l'apprentissage de la bicyclette sur des cycles et des sorties encadrées
  128. Nous le ferons. Est-il possible de travailler avec vous pour les formations vélo aux scolaires ?
  129. Nous porterons cela à la Métropole et pourquoi pas en créer un à Ingré ?
  130. Le budget dédié à la politique cyclable sera de 18,72 euros à partir de 2021. Il me semble que l'objectif de 25 euros doit être la perspective 2026 afin d'assurer une croissance de ce budget tout au long de la prochaine mandature.
  131. Nous ne sommes pas les donneurs d'ordre des travaux de voirie.
  132. Non concernés
  133. Non concernés
  134. Mais nous ne sommes pas concernés.
  135. Prévu au niveau de la halte TER en projet!
  136. Commune rurale non concernée.
  137. Nous sommes sur les itinéraires touristiques "Loire à vélo nord" et "véloroute du canal".
  138. Notre centre bourg est déjà en zone 30.
  139. Dans notre commune, à proximité du canal, nous projetons de mettre à disposition des équipements spécifiques pour les cycliste (petites réparations, toilettes, recharge de batteries).
  140. 1 voix au conseil métropolitain!!
  141. Sans objet sur la commune. L'ensemble des voiries ne nous appartiennent pas.
  142. La commune ne semble pas concernée du fait de sa configuration.
  143. Nous le pratiquons déjà.
  144. Les travaux de voirie étant métropolitains et la cohérence des liaisons devant être faite sur le bassin de vie et non à l'échelle communale; ce comité doit être constitué à l'échelle de la métropole avec, entre autres, des représentants de chaque commune.
  145. 7 millions d'euros par an apparaît comme démesuré. L'investissement doit être effectif mais raisonné et en faveur de la politique cyclable mais aussi des liaisons douces partagées et des transports collectifs.
    La question apparaît un peu biaisée et facilement démagogique : le budget cyclable étant forcément métropolitain, il pourrait être facile à chaque commune de s'engager sur un budget qu'elle n'assure pas elle-même.
  146. Pour les SAS vélos, oui bien sûr... L'autre dispositif évoqué n'est-il pas plutôt une autorisation de passage?
  147. Nos réserves portent sur le mode d'accès à ces parkings... Les vélos ne peuvent pas emprunter les rampes (à mini marches...) des véhicules automobiles. Faut-il envisager des ascenseurs spéciaux? Des installations en surface? Les cyclistes olivetains ne voient pas d'un bon œil un aménagement qui risquerait de conduire à terme à les obliger à aller respirer l'air pollué des Pk souterrains!
  148. Difficile de répondre précisément à une telle question!
    S'agit-il d'abandonner systématiquement cette solution? C'est parfois la seule, ou la meilleure...
    S'agit-il de renoncer à ces aménagements et de les détruire tous? Nous ferons à Olivet un inventaire de ceux qui posent en effet problème (il ny en a, dans le Bourg... et de ceux qui fonctionnement correctement (par exemple le long du Boulevard Victor Hugo et du carrefour du Petit Bois à Auchan...)
  149. Gare toutefois à l'inflation de panneaux... Sur Olivet nous mettrons en place un plan de repérage et de fléchage des itinéraires pour circulation douce incluant les venelles et chemins ruraux.
  150. Cette expérimentation est en effet un bon moyen de mieux connaître la situation et et les remèdes possibles.
  151. Et nous portons également attention au respect par les cyclistes de la sécurité des piétons sur le sitinéraires ou portions d'itinéraires partagées.
  152. COMME PRECEDEMMENT, NOUS PENSONS QU ALLER TOUT DE SUITE A LA VERBALISATION N EST PAS IMMEDIATEMENT LA MEILLEURE SOLUTION. AVANT D EN ARRIVER LA IL FAUT TOUT METTRE EN OEUVRE POUR FAVORISER LA PREVENTION L INFORMATION L EDUCATION POPULAIRE
  153. Et nous demandons aussi, dans notre programme l(accès à Olivet au service Vélo + (aux stations de tram).
  154. EN COMPLEMENT NOUS OPTONS POUR LA GRATUITE DES TRANSPORTS EN COMMUN
  155. Cela nous paraît approprié pour Orléans, plus difficile à mettre en place pour le bourd d'Olivet et les zones d'activités.
  156. Le principe est intéressante, mais à affiner. Est-il bien évident que ces véloroutes devraient obligatoirement passer par le centre ville d'Orléans? Les usagers olivetains sont aussi concernés par des trajets passant par les divers ponts sur la Loire et les mails orléanais.
    Nous sommes par ailleurs particulièrement demandeurs d'un bon axe Ouest/Est en zone sud de l'agglomération, par exemple entre saint Hilaire et La Source en passant par Olivet.
  157. Là encore, pour la zone orléanaise entre les mails et les quais, c'est aux Orléanais de se prononcer. Et dans chaque commune , c'est aux intéressés de le faire. S'il faut comprendre que la zone 30 s'étendrait de la zone orléanaise à Olivet ou à la Source, cela ne nous paraît pas un projet totalement viable étant donné la longueur du trajet envisagé.
  158. Idée intéressante mais question trop globale. Pour l'implantation d'un tel dispositif en cœur de ville (on a supposé que vous évoquiez ainsi Orléans) , c'est aux Orléanais de se prononcer et sur le nombre et sur l'emplacement (pourquoi pas aux abord de la gare et des lycées?).
    Mais pour Olivet, nous avons inscrit dans notre programme le projet d'une Maison citoyenne, dans le Bourg, qui comportera un atelier participatif où réparer son vélo...
  159. Oui, mais n'est-ce pas déjà le cas? Que recouvre la précision "à tous" les agents de la métropole?
  160. Notre programme ne comporte pas de ZFE globale, qui risquerait d'être un dispositif anti-social mais la mise en place ponctuelle et temporaire aux abords immédiats des écoles et aux horaires d'entrée et de sortie des élèves.
  161. DIFFICILE DE REPONDRE A CETTE QUESTION PAR OUI OU PAR NON. INTERDIRE D ACCES , C EST PEUT ETRE INTERDIRE A CERTAINS QUI N ONT PAS D AUTRES CHOIX. EN TOUTE CIRCONSTANCE A L INTERDICTION , NOUS PREFERONS L INFORMATION, L EDUCATION
  162. Nous sommes en accord avec l'idée générale, mais la question posée doit être élargie. Nous souhaitons mener localement les activités d'apprentissage du vélo avec la Prévention routière et l'Usep. Nous prévoyons non pas l'achat de cycles pour chaque école mais l'achat par la commune de cycles mis à disposition temporaire dans les différentes écoles. Nous rappelons que les sorties scolaires se font aussi à pied et en utilisant les transports collectifs.
  163. POURQUOI PAS?
  164. Un comité vélo métropolitain, oui... mais nous créerons sur la commune d'Olivet un groupe vélo permanent.
  165. CELA FIGURE DANS NOS PROPOSITIONS
  166. Oui, dans la mesure où le respect de cette loi mène à de vraies solutions cyclables et non de simples traits de peinture sur une chaussée...
  167. oui, il est malheureux de constater que ce n'est pas toujours la priorité des chantiers de voirie alors que cela devrait l'être.
  168. Oui, cette mesure doit être généralisée.
  169. Nous pensons que l'usage du vélo ne doit pas nécessairement suivre celui de l'automobile, en particulier dans les parkings souterrains particulièrement dangereux pour la pratique du vélo. par contre développer l'installation des abris sécurisés, sur des zones à fort potentiel d'usage pourraient être une option à étudier, sous réserve de la compatibilité avec la topologie des lieux.
  170. La mise en sécurité des vélos est essentielle pour le développement de son usage. Donc, oui nous multiplierons de façon coordonnée les dispositifs de mise en sécurité (arceaux ou autre)
  171. Non, nous pensons que dans certains contextes vraiment particuliers, pour une liaison courte en hypercentre par exemple, si toutes les possibilités de création n’aboutissent pas nous devrons envisager une cohabitation avec des règles de circulation spécifiques. Mais ce type de configuration ne sera pas recherché par défaut, nous ne voulons pas créer de pistes cyclables au rabais.
  172. Oui si cela est possible mais d'abord nous privilégierons la signalétique de sécurité pour les cycles : les carrefours des grands axes urbains et péri-urbains, les grands giratoires notamment sont des déserts d'informations sur les cycles. Certains giratoires sont tellement dangereux que les cyclistes doivent descendre de vélo pour se risquer à traverser sur des passages piétons dont le marquage au sol est effacé. Il y a tout à faire, panneaux, LED, peinture au sol, dispositifs de ralentissement des véhicules à moteurs, etc...Nous nous engageons à défendre et promouvoir un plan de rénovation des giratoires de toute urgence. En ligne si cela est possible avec les décisions Métropolitaines. Cela dit, la communication sur le temps gagnés en effectuant des trajets en vélo en zone urbaine est essentielle ; la démonstration du temps gagné en vélo est un vrai argument de passage à l’acte qu’il faut stimuler.
  173. Nous validerons ce type d'expérimentation; au-delà des aspects environnementaux, c'est aussi une question de sécurité majeure pour les usagers à vélo en traversée de Loire.
  174. Réprimer un contrevenant pour ce type d'infraction, c'est un aveu d'échec. Avec une police de proximité qui se déplacera en VTTAE, nous pensons qu'il sera plus facile pour communiquer, expliquer aux contrevenants l'absolue nécessité de respecter les règles. Nous nous engageons à mettre en place tous les moyens d'éducation possible afin d'éviter une répression systématique. Cela dit, des règles existent et la loi s'appliquera si nécessaire.
  175. L'intermodalité urbaine et péri-urbaine, aujourd'hui sous-représentée dans les comportements de mobilité, devra être révisée. Cependant, nous n'adhérons pas au rétablissement des liaisons ferroviaires inter-communales, notamment la liaison Orléans-Chateauneuf, pour des questions pratiques et budgétaires. L'urbanisme de Saint-Jean-de-Braye en l'état ne permet pas la circulation de trains régionaux sans dégrader fortement la qualité de vie des Abraysiens riverains, dégradation liée aux bruits et aux contraintes de circulation. par ailleurs les budgets nécessaires pour accompagner ce type de projet pourrait être très largement utilisé pour d'autres projets d'amélioration des mobilités beaucoup plus efficace et beaucoup plus collectif à l'échelle de la Métropole. Au niveau régional, d'autres solutions à promouvoir existent sans avoir à bâtir des tunnels et des ponts de chemin de fer coûteux et destructeurs pour l'environnement. Nous nous engageons à y réfléchir et à participer activement à l'expertise de ces projets.
  176. Nous devrons tenir compte des futurs nouveaux usages de mobilité. Nous accompagnerons toutes les initiatives qui s'inscriront dans notre politique de développement de l'usage du vélo.
  177. Oui, c'est essentiel pour promouvoir le vélotaf à l'échelle métropolitaine. Les règles du vélotaf sont la vitesse, la sécurité et le confort pour une expérience réussie. Nécessairement, pour répondre à ces règles; le schéma d'intention du Plan Vélo sous sa forme actuelle ne va pas assez loin dans la structuration de ces véloroutes. L'axe Nord-Sud est essentiel, tout autant que les axes péri-urbain Est-Ouest au Nord et au Sud de la Loire.
  178. Bien sûr nous y sommes favorables, mais ceci devra être réfléchi et décidé en concertation avec le Conseil Métropolitain.
  179. oui, cela fait partie de nos axes de développement de notre politique cyclable. Nous devrons mettre en place ce type de service ouvert à tous, cyclistes du quotidien ou non, mais aussi les cyclistes en devenir. Il est vital de développer une communication pour sensibiliser à l'usage des mobilités douces; un lieu dédié au Vélo est un bon moyen de propagande pour organiser des réunions, colloques, conférences, animations diverses.
  180. oui, cette mesure de la Loi d'Orientation des Mobilités sera proposé à nos agents territoriaux en plus des aides à l'achat d'un vélo électrique.
  181. Oui, nous nous engagerons à revisiter le plan de circulation sur notre commune en cohérence avec un Plan Vélo Métropolitain qui nous l'espérons (et nous agirons pour) sera beaucoup plus volontariste et ambitieux que sa forme actuelle.
  182. Nous sommes conscient de la dégradation croissante de la qualité de l'air sur notre Métropole, notamment concernant les émissions de particules fines mais aussi des niveaux de l'ozone (fortement liés aux conditions climatiques). Ce type de pollution atmosphérique est très large, ne se limite pas à des zones en particulier mais diffuse largement et en fonction des conditions climatiques. Nous devons avoir une action concertée, globale à l'échelle de la Métropole mais aussi régionale. Traduire et renforcer la visibilité des relevés Lig'Air par exemple peut être un bon moyen de prise de conscience de l'absolue nécessité du changement de nos modes de déplacement. Une autre action pourrait être aussi de lancer une grande consultation pour baisser les seuils d'alerte.
  183. Nous renforcerons les actions de promotion du Vélo auprès de nos écoles. Par exemple, nous envisagerons d'équiper nos policiers municipaux de VTTAE, qui au-delà de leurs missions de surveillance, de prévention et de conciliation, assureront la promotion de l'usage du Vélo pour les petits déplacements individuels quotidiens. L'idée de fond est de montrer l'intérêt de l'usage au quotidien du vélo. C'est un exemple, bien sûr nous mettrons en place des actions de communications et de stimulation de l'usage pour les élèves de nos écoles mais aussi dans la futur Maison du Vélo. Aujourd'hui les pédibus et les vélobus sont des initiatives citoyennes remarquables, nous devons les accompagner, les soutenir et surtout les généraliser.
  184. C'est un axe fort de notre politique Vélo, cette démarche, déjà initiée au niveau Métropolitain se combinera et se renforcera sur un relais citoyen Abraysien. Nous sommes et serons des cyclistes Abraysiens ET Métropolitains. Il y a donc une véritable logique à partager les mêmes exigences tous ensemble.
  185. la loi Laure s'impose a minima pour tout aménagement cyclable et nous n'y dérogerons pas.
  186. Nous souhaitons développer une vraie politique cyclable ambitieuse. Pour accompagner cette politique, un budget de 500.000€ est atteignable en y intégrant toutes les actions que nous mettrons en place à Saint-Jean-de-Braye et en lien avec notre contribution Métropolitaine.
  187. En lien avec un urbanisme raisonné et raisonnable et notre démarche globale de développement durable
  188. A promouvoir
  189. Politique globale de la métropole
  190. Grand besoin en effet !
  191. Attention toutefois, en dernier recours après étude au cas par cas
  192. Il est irréaliste dans notre configuration de séparer voies cyclables et trottoirs. Le danger étant encore plus important sur la route (ex: route de Sandillon).
  193. Pourquoi ne pas supprimer une voie de tram et faire une circulation alternée sur la 2ème afin de libérer une voie réservée à la circulation douce ?
  194. C'est une priorité à l'échelle de la Métropole.
  195. 100%
  196. OK sur le principe mais difficilement réalisable à l'échelle de notre commune
  197. 100% d'accord
  198. Grand manque sur la métropole ! Et pourquoi pas un axe ouest/est côté sud ?
  199. Même si certains essais n'ont pas été concluant.
  200. Evolution logique vu l'intensité de l'urbanisme
  201. Et pourquoi pas au sud sur notre territoire ? Saint Jean Le Blanc candidat !!! En bord de Loire avec le futur Parc de Loire entre le pont Georges V et le pont Thinat avec le chemin de la Loire à vélo !
  202. Non concernés
  203. Après consultation citoyenne
  204. Taille et voies traversantes notre commune pas adaptées à cette limitation mais OK pour la métropole
  205. Cette décision est une compétence Métropole voir nationale.
  206. Déjà en place. Voir les modalités de la subvention. Associer la Police Municipale. Pédibus et/ou vélobus déjà à l'étude dans notre programme
  207. Déjà en place, nous continuerons.
  208. A associer à des comités de quartier
  209. Ce comité sera piloté par le groupe environnement.
  210. Démarche déjà actée dans notre programme
  211. Le montant de 25€ doit être ajusté par rapport aux nombres d'habitants et du pourcentage actuel de pistes cyclables dont est dotée chaque commune métropolitaine
  212. Nous nous engageons à supporter la Métropole pour que celle ci dispose de ce budget à l'échelle Métropolitaine.
  213. Comme pour la question 3, nous définirons avec le "groupe vélo" quel sera le meilleur moment de les réunir lors d'opération de voirie.
  214. Les questions 14 à 20 relèvent de la compétence de la métropole ou de la ville d'Orléans. À Saran nous avons commencé a déployer des cédez-le-passage cycliste sur les feux de la ville qui le permettaient :
    - Rue des Jonquilles - Ancienne route de Chartres - Rue de la Fontaine
    - Avenue du Stade - Rue de la Montjoie
    - Rue Passe-debout - Ancienne route de Chartres
    - Rue Passe-debout - Rue de l'Orme au coin
    - Rue Passe-debout - Rue des Chimoutons
    - Rue de l'Orme au coin- Rue Anatole-Faucheux
    - Rue des Sablonnières - Rue du 8 mai 1945.
  215. Des intimidations de voitures sont fréquentes ! J'en ai vu une en 2019 et subi une en 2020, malgré mes 600 modestes kilomètres annuel en ville.
  216. Les questions 14 à 20 relèvent de la compétence de la métropole ou de la ville d'Orléans.
  217. Les questions 14 à 20 relèvent de la compétence de la métropole ou de la ville d'Orléans. Du côté de Saran, suite à une demande du groupe vélo, de nombreux arceaux ont été réinstallés ces dernières années (Dans le bourg au niveau de la Poste et au niveau du salon de coiffure, Parc du château de l'Étang à proximité du terrain multisports et au niveau des annexes du château, Salle du Lac, École primaire du Chêne Maillard, Médiathèque, Centre Jacques-Brel...)
  218. Les questions 14 à 20 relèvent de la compétence de la métropole ou de la ville d'Orléans.
  219. Les questions 14 à 20 relèvent de la compétence de la métropole ou de la ville d'Orléans.
  220. C'est une compétence exclusive du maire et la police municipale a des consignes de verbalisation de tout non-respect du code de la route.
  221. Avec verbalisation possible avec les systèmes de vidéo protection existants
  222. Cette question relève de la compétence de la métropole. Notre groupe d'élu ne participe pas à la gouvernance de celle-ci, aujourd'hui comme probablement demain.
  223. Malheureusement, il y a une impossibilité de changer les choses dans cet optique pour le Tram A
  224. Saran est déjà dans cette situation, de grosses plateformes logistiques sont présentes sur son territoire et permettent des livraisons de proximité avec véhicules et horaires adaptés. Pour le reste, cela relève de la compétence de la métropole. Notre groupe d'élu ne participe pas à la gouvernance de celle-ci, aujourd'hui comme probablement demain.
  225. Aides aux créateurs sur ce créneau d'activité : en fonction des émissions non émises ?
  226. Les questions 5 à 12 relèvent de la compétence de la métropole. Notre groupe d'élu ne participe pas à la gouvernance de celle-ci, aujourd'hui comme probablement demain. Néanmoins de fortes possibilités de création de véloroutes sont possibles à Saran pour relier zones d'activités et commerciales. Nous avons 2 exemples : la piste cyclable de la Caillerette qui relie le quartier Bois Joly à la rue de la Monjoie et traversant le complexe sportif Roland Rabartin mais aussi la piste cyclable derrière le cinéma Pathé Saran qui pourrait être prolongée depuis Interives jusqu'au Nord de Saran le long du chemin de fer.
  227. Les zones 30 relèvent des maires. Pour ce qui est de Saran, la zone 30 est déjà présente dans le Bourg et les travaux de réaménagement permettront d'intégrer la circulation cycliste dans cette rénovation. D'autres zones 30 existent dans des quartiers de vie à promixité d'écoles par exemple.
  228. Pour un axe Nord-Sud et pour prendre en compte la dimension d'irrigation de la ville au sens large et de l'intermodalité, il y a vraiment nécessité d'une véloroute d'Artenay à La Ferté St Aubin.
  229. Les questions 5 à 8 relèvent de la compétence de la métropole. Notre groupe d'élu ne participe pas à la gouvernance de celle-ci, aujourd'hui comme probablement demain.
  230. Les questions 5 à 8 relèvent de la compétence de la métropole. Notre groupe d'élu ne participe pas à la gouvernance de celle-ci, aujourd'hui comme probablement demain.
  231. Les questions 5 à 8 relèvent de la compétence de la métropole. Notre groupe d'élu ne participe pas à la gouvernance de celle-ci, aujourd'hui comme probablement demain. Néanmoins, la réflexion sur le plan de circulation est une position que nous avons depuis toujours. Nous l'avons rappelé notamment par rapport à la mise en sens unique de la partie nord de la rue des Murlins. L'étude de circulation de ce projet n'a pas été vue de manière suffisamment large et nous avons dénoncé ce choix unilatéral du Maire d'Orléans qui impacte également la circulation automobile dans les villes de Saran, Saint-Jean de la Ruelle, voire Fleury les Aubrais. De nombreux riverains sont dorénavant excédés du nombre croissant de véhicules dans les rues limitrophes. Le problème a donc été seulement déplacé.
  232. Les questions 5 à 8 relèvent de la compétence de la métropole. Notre groupe d'élu ne participe pas à la gouvernance de celle-ci, aujourd'hui comme probablement demain.
  233. Les Faubourgs seraient l'idéal ! Non ?
  234. La ville met à disposition des écoles de Saran une cinquantaine de vélos qui bénéficient aussi aux centres de loisirs. Des actions type "sortie vélo" ou "mise en situation" sont menées dans les écoles avec la police municipale pour sensibiliser les enfants à la sécurité routière.
  235. Au niveau communal ou métropolitain ?
    Pour ce qui est de la commune, il existe un "groupe vélo" que nous n'avons pas sollicité autant que nous l'aurions souhaité mais que nous nous engageons à développer et à réunir plus régulièrement. Un rendez-vous en début de mandat entre la nouvelle municipalité et les membres de ce groupe permettra d'organiser la périodicité la plus adéquate pour se réunir, et de définir également à quel moment ce groupe doit être sollicité lors des opérations de requalification ou de créations de voirie.
  236. Cet engagement ne peut relever que du domaine privé de la ville puisque la gestion de la voirie échappe à la ville. Néanmoins, c'est une position que nous défendrons lors des opérations de voirie menées par Orléans Métropole ou le Département du Loiret sur les routes qui relèvent de leur compétence.
  237. D'où la nécessité d'avoir un budget spécifique et conséquent
  238. Un tel engagement relève du conseil métropolitain où notre groupe d'élu-e-s est minoritaire et exclu à ce jour de la gouvernance. Néanmoins, c'est une position que nous défendrons.
  239. Ce montant représente le montant dont la Métropole a bénéficié lors de du passage en Métropole, soit près de 6 millions d'euros. Ils n'ont pas été routés vers des projets "éco-responsables"
  240. Favorable mais cela concerne l'intra-mail et donc Orléans.
  241. Tout dépend de la largeur de l'espace partagé et de la fréquentation. En zone peu dense, cela reste une solution.
  242. OUI, toutefois, si la largeur de la voie est vraiment insuffisante, un marquage sur le trottoir me semble préférable à la chaussée.
  243. Prenons modèle sur les collectivités notamment à l'est de la France qui ont fait ces aménagements depuis longtemps
  244. C'est de la responsabilité du Maire d'Orléans.
  245. Déjà en cours.
  246. Actions prévues au Plan de Déplacements Urbains d'Orléans Métropole. (notamment fiche action 1.5)
  247. Favorable mais c'est une compétence du Maire d'Orléans.
  248. Favorable mais cela ne concerne pas notre petite commune.
  249. Nous pourrons soutenir cette proposition.
  250. Nous pouvons porter le projet à la Métropole mais nous ne sommes pas décideurs.
  251. Pourquoi ne pas mettre en place un système de vignette comme à Paris ?
  252. Sensibilisation aux bonnes pratiques et prévention (équipement de sécurité) déjà en place.
  253. voir avec le Conseil départemental pour étendre la sensibilisation dans les collèges notamment sur la sécurité avec l'opération "voir et être vu"
  254. Nous avons un groupe "liaisons douces", composé d'élu et d'habitants, au sein de la commune.
  255. Excellente suggestion
  256. OUI dans la mesure où la largeur de la voie le permet ou bien alors, envisager un sens unique.
  257. Difficile de s'engager pour la Métropole (Semoy est représenté par 1 élu sur 95). Par ailleurs, cela représente 7,5 M€ pour Orléans Métropole, somme très élevée pour ce budget.