Un « climat vélo » toujours jugé « plutôt défavorable » à Orléans et dans d’autres villes de la métropole

La FUB a dévoilé les résultats de la plus grande enquête vélo jamais réalisée en France (185000 réponses, 768 villes classées). Alors qu’il y a deux ans, lors de la première édition de ce baromètre des villes cyclables, seules Orléans et Olivet avaient été évaluées dans notre agglomération, quatre autres villes de la métropole font cette fois-ci l’objet du jugement des usagers sur leur ressenti : Fleury-les-Aubrais, La Chapelle-Saint-Mesmin, Saint-Jean-de-Braye et Saran.

Plus la couleur est foncée plus le jugement des usagers est sévère.

Orléans et Olivet régressent

De manière globale Orléans et Olivet régressent. La première passe d’une note (sur 6) de 3,07 à 2,97 (climat « plutôt défavorable ») et la seconde – qui était montée en 2018 sur le podium des villes de 20000 à 50000 habitants – de 3,70 à 3,44 (climat « moyennement favorable », descente d’une catégorie).

Olivet vit manifestement sur ses acquis et seul un tiers des répondants estiment que la situation s’est un peu (26,5 %) ou beaucoup (6,1 %) amélioré depuis deux ans. Ce taux monte à 39 % pour Orléans (respectivement 37,6 % et 1,3 %). La mise en double-sens cyclable de tout l’intramail n’y est pas étranger puisque la mesure est plébiscitée. Dans les deux villes c’est le confort des itinéraires cyclables qui est jugé le plus négativement.

De « plutôt défavorable » à « très défavorable »

Du côté des quatre nouvelles villes évaluées, le ressenti des usagers est encore moins bon :

Fleury-les-Aubrais avec 2,75 et Saint-Jean-de-Braye avec 2,86 ont comme Orléans un climat vélo jugé « plutôt défavorable ».

Saran, avec 2,43, a un climat jugé « défavorable » et enfin La Chapelle-Saint-Mesmin rejoint, avec 2,03, la catégorie « très défavorable ».

Plan vélo année zéro

Les résultats du baromètre, qui n’ont rien de surprenant, indiquent clairement que tout reste à faire à l’échelle métropolitaine pour permettre à tout un chacun d’adopter le vélo dans ses déplacements quotidiens. Année électorale oblige, le plan vélo métropolitain voté en juillet 20191, tarde à être mis en œuvre concrètement. Nous serons très attentifs à la manière dont le nouvel exécutif local sorti des urnes s’emparera d’un sujet devenu incontournable pour l’avenir de nos villes.

Documents : les fiches de synthèse

L’enquête pilotée par la FUB est riche d’enseignements.
Voici les fiches de synthèse par ville :

Pour aller plus loin :
Retrouvez le communiqué de presse de la FUB et explorez les données à l’échelle nationale via une carte interactive.

Notes

  1. « 5,3 millions d’euros de budget annuel pour les vélos à partir de 2021 dans la métropole d’Orléans », La République du Centre, 11 juillet 2019.

2 réflexions au sujet de « Un « climat vélo » toujours jugé « plutôt défavorable » à Orléans et dans d’autres villes de la métropole »

  1. Un énorme merci à vous de suivre cette question et de nous informer aussi bien. Malgré les mauvaises notes de l’ensemble des villes de la métropole, nous avons la chance d’avoir un collectif aussi pro qu’on pourrait noter excellent si la question existait sur le baromètre. On ne peut encore moins excuser les mairies et les responsables de la politique cyclable (le lien avec le maire de La Chapelle n’est pas étonnant).
    Encore merci et continuez.

  2. De plus une procédure est en cours au tribunal administratif d’Orléans contre la Métropole et le Maire d’Olivet pour non respect de la Loi Laure sur l’obligation d’aménager des pistes cyclables en cas de réfection ou création de voiries.

Répondre à Régis JUTIER Olivet en Transition Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.