Passerelle sur la Loire : une nouvelle fausse bonne idée

Olivier Carré l’a annoncé par voie de presse : il compte bien faire réaliser une passerelle piéton/vélo pour franchir la Loire lors de la prochaine mandature. Après avoir reconnu la “fausse bonne idée” du passage à une voie du tram sur le pont1, il précise :

“On ajoute un équipement nouveau, structurant pour les vélos, etc. Si l’on veut favoriser ces modes de déplacement, il faut des équipements. Alors la passerelle, c’est plus cher, entre 15 et 20 millions d’euros, mais c’est une véritable avancée.”

Nul doute qu’une passerelle serait un atout touristique pour Orléans. Mais en matière de politique cyclable ? Est-il utile de rappeler que la métropole orléanaise ne propose pour le moment qu’un réseau cyclable discontinu et de faible qualité comme l’a établi tout récemment l’audit effectué par le cabinet Indiggo2 ? Difficile d’imaginer qu’une passerelle, posée là pour la forme et la beauté du geste architectural, changerait quoi que ce soit au quotidien de celles et ceux, de plus en plus nombreux, qui utilisent un vélo pour se déplacer. Sans oublier aussi qu’englober piéton et vélo c’est faire d’emblée fausse route tant les besoins sont différents.

Un projet d’infrastructure aussi coûteux3 doit s’intégrer dans un projet d’urbanisme cohérent, c’est-à-dire un authentique cheminement cyclable continu nord-sud et sud-nord. Une passerelle qui viendrait de nulle part pour déboucher sur rien ne serait qu’une gabegie de plus !

Transformer une voie du pont royal en piste cyclable

Si les élu(e)s, le maire en tête, ont réellement une ambition forte pour favoriser les déplacements alternatifs aux véhicules motorisés individuels et polluants, il n’est pas nécessaire de dépenser des millions d’euros4 : un peu de courage politique suffit comme le montre l’exemple de Bordeaux5. Le collectif vélorution rappelle que la suppression d’une voie de circulation sur le pont Georges V présente un coût dérisoire (de l’ordre de 50 k€), est réversible et, surtout, peut être testée sans délai. C’est la solution qu’il faut privilégier pour rester cohérent avec l’objectif du futur PDU métropolitain de faire baisser la part modale de la voiture et, dans le même temps, faire augmenter celle du vélo.

Notes

  1. C’est ce que nous avions souligné dès le départ arguments à l’appui.
  2. Audit réalisé à la demande de la métropole dans le cadre de la préparation de son nouveau plan vélo. 39 % du linéaire d’aménagement cyclable testé jugé mauvais et 38 % moyen.
  3. Il s’agit de dépenser l’équivalent de 30 à 40 ans de budget vélo métropolitain (étant entendu que celui-ci s’élève à 500 k€ par an).
  4. Un peu de cet argent pourrait être utilement dépensé dans une étude fouillée du profil des clients qui fréquentent les commerces du centre ville d’Orléans. Ses résultats permettraient très certainement de remettre en cause nombre d’idées reçues en la matière.
  5. Au début de l’été 2018, Alain Juppé a acté la fermeture définitive du pont de pierre aux véhicules motorisés individuels. Des extraits de sa conférence de presse dans ce billet de Jeanne à vélo.

5 réflexions au sujet de « Passerelle sur la Loire : une nouvelle fausse bonne idée »

  1. Je suis d’accord, tout aménagement conséquent, comme une passerelle traversant la Loire n’a de sens que si cela s’intègre dans le schéma direct des déplacements à vélo dans la métropole. Faire une passerelle qui coûte les “yeux de la tête” et qui n’a ni entrée et ni sortie directe sur les axes Nord Sud, c’est jeter l’argent des contribuables par les fenêtres.
    Ne faisons pas le coup du Pont de l’Europe… Fini la “Folie des grandeurs” chère à encore de nombreux responsables politiques.

    Tester la suppression d’une voie auto sur le pont Royal me semble une très bonne idée à évaluer.

    En ce qui concerne la liaison sud nord, notamment entre Olivet et la gare d’Orléans, faire de l’ axe RD2020, notamment au niveau des boulevards une “vélo route” à l’instar de “die promenade”, qu’a fait la ville jumelle de Münster est ce que je préconise. Il ne me paraît pas très couteux d’ajouter 2 passerelles vélo de part et d’autre du pont Joffre.
    C’est une proposition que nous avons faite lors de l’Atelier vélo à Olivet, dans le cadre de l’étude du nouveau schéma directeur vélo de la Métropole.

  2. Je crois rêver…15 à 20 millions d’euros!! Sa structure est en plaqué or, non? Si ce n’est pas du gaspillage d’argent public…Où allons-nous? La voie unique était La Solution, mais je pense que certain(e)(s) ont quelques intérêts à ce que la solution à moindre coût ne voit pas le jour. Les décisions de nos politiques me sidèrent. Ce projet est une ineptie au même titre que le projet de pont sur Mardié.
    Sinon grand coup de gueule : je ne sais si les nuisances sont le fait des travaux du pont Joffre mais le trafic du pont Thinat a explosé aux heures de pointes…Toujours le même nombre de passagers à bord des véhicules : proche du 0, souvent seul le conducteur est à bord.
    Quelle est la quote-part des citoyens obligés de prendre leur voiture pour cause de manque de transports en communs, dépose des enfants dans divers établissements scolaires, domiciliés trop loin de la grosse agglomération etc.?
    C’est affligeant. C’est comme le tabac, on pourra augmenter le prix du litre de carburant au delà de 2 euros, bon nombre continuera de rouler. Elle ne quitte plus les Français, cette bagnole, c’est beaucoup plus simple d’appuyer sur le champignon que de faire tourner des manivelles avec ses pieds…

    Dernier point, mon entreprise a validé le fameux PDM + l’ikv plafonnée à 200 euros/an. Résultat des courses : la participation à l’acquisition d’un 2 roues propres à hauteur de 50% du prix d’achat, plafonnée à 200 euros est imposable; j’ai explosé le plafond de l’ikv, qui revient à se déplacer annuellement sur 800 bornes de trajets domicile/travail. Cette somme est nette d’impôts.

    Petit coup de sonnette.

    @+

  3. J’habite le quartier St Marceau, à l’extrémité sud du pont royal, je suis d’accord pour réduire le plus possible la circulation automobile dans ce quartier qui est devenu le plus vaste parking de la ville d’Orléans, aussi bien sur l’avenue dauphine que dans les rues adjacentes. Les conducteurs des véhicules qui utilisent le pont recherchent un stationnement GRATUIT dans notre quartier, pour ensuite se rendre en ville à pied.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.