Sas vélo : il ne sera connu et respecté que s’il est visible !

Dispositif de sécurité majeur, la généralisation du « sas vélo » à tous les carrefours à feux est attendue avec impatience par les cyclistes de la métropole orléanaise : être mieux vu lorsque la circulation redémarre, ne pas rester coincé dans l’angle mort d’un véhicule, est indispensable pour circuler à vélo en confiance, tout particulièrement lorsque l’on accompagne des enfants.

Les automobilistes ne connaissent pas tous ce dispositif, loin de là, mais ils ne peuvent le deviner s’il n’est pas clairement indiqué sur la chaussée. Un seul moyen pour cela : un marquage au sol sans ambiguïté, repris régulièrement lorsqu’il est effacé.

Dans notre métropole, les marquages ne sont pas homogénéisés, et pas entretenus de la même façon selon l’endroit où l’on se trouve.

Deux exemples récents, à quelques centaines de mètres de distance au sud de la Loire :

  • Avenue du Loiret à Olivet (à gauche) : un marquage presque parfait que tout automobiliste, même s’il n’a pas revu le code de la route depuis l’obtention de son permis, saura interpréter correctement.
  • Route d’Olivet quartier Saint-Marceau (à droite) : le marquage déjà discret à l’origine est aujourd’hui complètement effacé : impossible pour l’automobiliste de le repérer et donc de le respecter.

Deux autres exemples au nord de la Loire là aussi distants de quelques centaines de mètres :

  • Avenue de Wichita (à gauche) : sas trop étroit comme en témoigne le pictogramme coincé entre les deux lignes d’effet de feux. La réglementation prévoit en effet un espace de 3 à 5 mètres1.
  • Boulevard Marie Stuart (à droite) : la ligne d’effet de feux a bien été placé en retrait  mais aucun sas n’a été formellement créé (manque le pictogramme cycliste).

Pour une meilleure sécurité dans nos rues, merci par avance aux services voirie et espace public d’Orléans Métropole d’homogénéiser et de rénover sans tarder le marquage des sas vélo.

Cerema-Sas-Cycliste
Document du Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).

 

 

  1. Article 118-1.D de l’Instruction interministérielle sur la signalisation routière – 7ème partie.

Laisser un commentaire