Élections municipales 2020

Dans la perspective des élections municipales nous avons élaboré une liste de 20 engagements pour une politique cyclable ambitieuse dans la métropole orléanaise. Le questionnaire existe aussi au format papier.

➡️ La date limite de réception des réponses est fixée au 29 février 2020.

Nous complétons cette page au fur et à mesure de la réception des réponses des candidat(e)s1. Les listes apparaissent donc dans l’ordre chronologique (à gauche, celle qui a répondu en premier et ainsi de suite).

Les appels de note contiennent les remarques faites éventuellement par le répondant en complément de sa réponse par oui/non (symbolisés par ✅ / ❌).

Orléans

Nom de la listeOSE (Orléans Solidaire Ecologique)Réveiller OrléansDécidons en communNous, elle, OrléansFaire Respirer Orléans
Candidat·e tête de listeJean-Philippe GrandTahar Ben ChaabaneValentin PeléNathalie KerrienBaptiste Chapuis
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant75747372
2. Respect de la Loi LAURE71706968
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"67666564
4. Apprentissage du vélo à l'école63626160
5. Zone à Faible Émission métropolitaine5958575655
6. Révision du plan de circulation54535251
7. Forfait Mobilité Durable504948
8. Maison du Vélo47464544
9. Extension de la zone 3043424140
10. Création de véloroutes393837
11. Promotion de la logistique légère de proximité36353433
12. Intermodalité32313029
13. Respect des aménagements cyclables28272625
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans2423222120
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs191817
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs161514
17. Multiplication des arceaux vélos131211
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage1098
19. Généralisation des sas Vélo aux feux765
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie432

Bou

Nom de la listeBOU, Notre Village à Tous
Candidat·e tête de listeBruno Coeur
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant81
2. Respect de la Loi LAURE80
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"
4. Apprentissage du vélo à l'école
5. Zone à Faible Émission métropolitaine79
6. Révision du plan de circulation78
7. Forfait Mobilité Durable
8. Maison du Vélo
9. Extension de la zone 30
10. Création de véloroutes77
11. Promotion de la logistique légère de proximité
12. Intermodalité
13. Respect des aménagements cyclables
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs
17. Multiplication des arceaux vélos
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage76
19. Généralisation des sas Vélo aux feux
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Ingré

Nom de la listeEnsemble Pour la Réussite d'IngréIngré2020, partageons l'avenir
Candidat·e tête de listeGuillem LerouxChristian Dumas
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant105
2. Respect de la Loi LAURE
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"104
4. Apprentissage du vélo à l'école103102
5. Zone à Faible Émission métropolitaine101
6. Révision du plan de circulation100
7. Forfait Mobilité Durable
8. Maison du Vélo9998
9. Extension de la zone 3097
10. Création de véloroutes9695
11. Promotion de la logistique légère de proximité9493
12. Intermodalité92
13. Respect des aménagements cyclables91
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans90
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs8988
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs8786
17. Multiplication des arceaux vélos8584
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage
19. Généralisation des sas Vélo aux feux83
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie82

Mardié

Nom de la listeAgir ensemble pour Mardié
Candidat·e tête de listeClémentine Cailleteau-Crucy
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant120
2. Respect de la Loi LAURE
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"119
4. Apprentissage du vélo à l'école118
5. Zone à Faible Émission métropolitaine117
6. Révision du plan de circulation116
7. Forfait Mobilité Durable115
8. Maison du Vélo114
9. Extension de la zone 30113
10. Création de véloroutes112
11. Promotion de la logistique légère de proximité111
12. Intermodalité110
13. Respect des aménagements cyclables
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans109
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs
17. Multiplication des arceaux vélos108
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage107
19. Généralisation des sas Vélo aux feux106
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Olivet

Nom de la listeRassembler pour Olivet
Candidat·e tête de listeYves Martinez
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant127
2. Respect de la Loi LAURE126
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"125
4. Apprentissage du vélo à l'école
5. Zone à Faible Émission métropolitaine
6. Révision du plan de circulation124
7. Forfait Mobilité Durable
8. Maison du Vélo123
9. Extension de la zone 30122
10. Création de véloroutes121
11. Promotion de la logistique légère de proximité
12. Intermodalité
13. Respect des aménagements cyclables
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs
17. Multiplication des arceaux vélos
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage
19. Généralisation des sas Vélo aux feux
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Saint-Jean-de-Braye

Nom de la listeAvec vous préparons demain
Candidat·e tête de listeJean-Noël Robin
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant147
2. Respect de la Loi LAURE146
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"145
4. Apprentissage du vélo à l'école144
5. Zone à Faible Émission métropolitaine143
6. Révision du plan de circulation142
7. Forfait Mobilité Durable141
8. Maison du Vélo140
9. Extension de la zone 30139
10. Création de véloroutes138
11. Promotion de la logistique légère de proximité137
12. Intermodalité136
13. Respect des aménagements cyclables135
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans134
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs133
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs132
17. Multiplication des arceaux vélos131
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage130
19. Généralisation des sas Vélo aux feux129
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie128

Saint-Jean-le-Blanc

Nom de la listeSaint Jean le Blanc AutrementAgissons ensemble pour Saint-Jean-le-Blanc
Candidat·e tête de listeFrançoise GrivotetChristophe Tafani
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant2726
2. Respect de la Loi LAURE25
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"2423
4. Apprentissage du vélo à l'école2221
5. Zone à Faible Émission métropolitaine2019
6. Révision du plan de circulation18
7. Forfait Mobilité Durable17
8. Maison du Vélo16
9. Extension de la zone 3015
10. Création de véloroutes1413
11. Promotion de la logistique légère de proximité1211
12. Intermodalité10
13. Respect des aménagements cyclables
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans98
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs76
17. Multiplication des arceaux vélos5
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage4
19. Généralisation des sas Vélo aux feux3
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie2

Saran

Nom de la listeMon Parti c'est Saran
Candidat·e tête de listeGérard Vesques
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant155
2. Respect de la Loi LAURE154
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"
4. Apprentissage du vélo à l'école
5. Zone à Faible Émission métropolitaine153
6. Révision du plan de circulation
7. Forfait Mobilité Durable
8. Maison du Vélo
9. Extension de la zone 30152
10. Création de véloroutes
11. Promotion de la logistique légère de proximité151
12. Intermodalité150
13. Respect des aménagements cyclables149
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs
17. Multiplication des arceaux vélos
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage
19. Généralisation des sas Vélo aux feux148
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Semoy

Nom de la listeSemoy bien vivre ensemble
Candidat·e tête de listePhilippe Laventure
1. Cadre budgétaire politique cyclable porté à 25€/an/habitant
2. Respect de la Loi LAURE161
3. Mise en place d'un "Comité-Vélo"160
4. Apprentissage du vélo à l'école159
5. Zone à Faible Émission métropolitaine158
6. Révision du plan de circulation
7. Forfait Mobilité Durable
8. Maison du Vélo
9. Extension de la zone 30
10. Création de véloroutes
11. Promotion de la logistique légère de proximité
12. Intermodalité
13. Respect des aménagements cyclables
14. Franchissement de la Loire en centre-ville d'Orléans
15. Mise en place d'un jalonnement des modes actifs157
16. Abandon des aménagements cyclables sur trottoirs156
17. Multiplication des arceaux vélos
18. Places sécurisées vélos dans les parkings en ouvrage
19. Généralisation des sas Vélo aux feux
20. Aménagements cyclables lors des travaux de voirie

Notes

  1. Dernière mise à jour de la page : 15 février 2020.
  2. Cet engagement est essentiel et complémentaire de la révision initiale du plan de circulation qui n’aurait pas de sens si demain la prise en compte des cyclistes et des piétons n’est pas faite d’emblée dans chaque projet.
  3. 20- Nous nous engageons à prendre en compte les cyclistes, tout comme les PMR, poussettes etc ...lors de la mise en place de chantiers. Le comité vélo pourrait servir de support consultatif.
  4. C'est dans notre programme.
  5. Oui, dans un respect des normes de sécurité et du code de la route.
  6. 19- L’intégration progressive de Sas vélos est une mesure intéressante. Avec un plan vélo efficace, le nombre de cyclistes augmentant, il faudra nécessairement les mettre en place.
  7. Ce sont de propositions de bon sens. A voir comment cela peut être mis en place techniquement pour les feux existants. En cas de rénovation de voirie cela sera obligatoirement pris en compte. Les "tourne-à-droite" cyclistes seront également généralisés, y compris dans les zones éloignées de l'hyper-centre.
  8. Ces parkings feront partis des parkings à vélo sécurisés que nous souhaitons faire.
  9. 18- Si la maison du vélo fait du gardiennage et que les arceaux/box se multiplient, nous ne souhaitons pas créer des zones vélo dans les parkings. Les aménagements de pistes cyclables vont déjà supprimer des places de stationnement dans les rues. Encore une fois, évitons l’opposition vélo/voiture.
  10. Cette mesure est séduisante sur la papier mais nous nous interrogeons sur sa pertinence à l'usage. Tout d'abord l'accès serait compliqué dans certains parkings pour les vélos car ces parkings ont été pensés pour des voitures (rampes d'accès en spirale ou à forte pente). De plus la sécurité sera relative car les gardiens ne sont pas toujours présents. Pour les stationnement de courtes durées nous préférons installer plus d’anneaux en surface au plus près des magasins et des équipements publics.
    Cette solution devra cependant être envisagé dans les lieux à forte demande et pour les stationnement prolongés, comme aux alentours des gares. En priorité une vraie zone dédiée aux vélos devra être créée dans la parking de la gare des Aubrais. S'il existe des opportunité près de la gare d'Orléans, même pour des parkings de résidences privées elles seront saisies.
  11. Nous multiplierons les arceaux ainsi que les parkings vélo sécurisés.
  12. 17- Le principal ennemi du cycliste est le voleur (et non pas l’automobiliste ou le piéton).
    Si nous voulons inciter nos administrés à prendre le vélo il faut leur offrir des moyens de le sécuriser. Les arceaux et les box seront multipliés.
  13. C'est dans notre programme. Pour les box vélos fermés et sécurisés cela devra être bien étudié en amont car les boxes actuels hors de prix ne sont pas que très partiellement utilisés. Une ré-utilisation astucieuse de lieux déjà sécurisés pourra être envisagée (parking à voiture sous-terrain par exemple, voir point suivant).
  14. Oui, ces espaces sont dangereux. C’est pour cela que nous créerons des voies dédiées et sécurisées. Les espaces partagés avec les voies de bus sont aussi à supprimer.
  15. 16- Nous nous engageons à renoncer aux aménagements cyclables sur les trottoirs car ils sont effectivement dangereux et occasionnent des conflits piétons/cyclistes. Il faut rester dans la logique d’un territoire partagé. Au royaume des flux, le piéton doit rester le roi, un usager prioritaire.
  16. Il n'y aura pas de création de nouvelles pistes cyclables sur les trottoirs et les pistes actuelles qui sont sur des trottoirs seront repensées. On ne peut cependant exclure que ponctuellement des zones de cohabitation subsistent quand toutes les autres alternatives y auront été examinées.
  17. Oui, cela va avec le plan de circulation et la sécurisation des espaces de circulation.
  18. 15- Le jalonnement est une mesure pédagogique efficace, nous la mettrons en oeuvre. Ceci constituera une base de l’action confiée au bureau des temps » que nous souhaitons également créer.
  19. Il n'est pas prévu de mettre en place cette mesure systématiquement. Continuons dans un premier temps à développer l’application "géo vélo" et essayons de ne pas encombrer l’espace public avec des panneaux supplémentaires. A terme et pour certains itinéraires, surtout à destination des touristes et dans les secteurs à forte rotation de Vélo +, cela pourrait être envisagé.
  20. Nous avons déjà pris l’engagement de repenser les franchissements de la Loire. Cela passera par :
    - la refonte des accès des ponts pour sécuriser l’accès vélo et piéton,
    - la sécurisation de la circulation sur les ponts avec espaces protégés,
    - le passage en voie unique du pont George V en attendant la réalisation d’une étude pour une passerelle.
  21. 14- Le franchissement du pont royal est LE point noir du vélo à Orléans. Nous nous engageons à neutraliser la voie de circulation nord/sud. Ceci, dès les tous premiers mois de notre mandat. Cette mesure sera LA mesure phare inaugurale du plan vélo.
  22. Oui, nous avons tendance à préférer une mesure définitive plutôt qu’une expérimentation, mais nous convenons qu’il faudra évaluer précisément les conséquences sur les différentes formes de mobilité.

    Nous considérons que la voie ouest doit devenir un trottoir tandis que la voie est doit devenir une piste cyclable double sens. À terme nous aimerions profiter d’une rénovation plus profonde de ce pont pour que les pistes cyclables soient de part et d’autre des voies de tramway, dans une configuration symétrique.

    De notre point de vue la fin de la circulation automobile sur le pont George V est une évidence et c’est la cyclabilité du pont Maréchal Joffre par encorbellement qui doit être la suite du processus d’amélioration du franchissement de la Loire.
  23. Nous l'avons proposé en 2014. Nous réitérons la proposition en 2020
  24. C'est même le premier engagement de notre programme ;-)
  25. La protection des cyclistes, et des zones qui leur sont attribuées, passera par la verbalisation en cas de non respect des règles. Cette logique va dans l’autre sens également concernant les cyclistes qui ne respecteraient pas les zones qui leurs sont dédiées quand celles-ci seront bien identifiées et nombreuses.
  26. 13- Bien évidemment, il faut verbaliser le non respect des aménagements. Pour les cyclistes, les PMR, les poussettes. La mise en place de plots sur les trottoirs peut également éviter ces incivilités.
  27. Nous l’avions envisagé, la question se pose aussi sur les poubelles et encombrants, cela nous est souvent remonté lorsque nous avons invité les habitants à nous faire remonter les problèmes du quotidien qu’ils rencontrent.

    Il nous semble qu’il manque un outil de signalement simple de ce type d’incivilités par ceux qui y sont directement confrontés. La possibilité de signaler un tel problème par un SMS ou un dispositif de ce type nous semble pertinent.
  28. C'est dans notre programme (partie "tranquillité publique"). Plus largement ces actions "répressives" devront s'accompagner de mesures "éducatives" comme la mise en place d'un "code de la rue" qui devra permettre d'apaiser les relations entre les utilisateurs des différents modes de transports et ne plus opposer piétons à vélos, vélos à voiture, trottinettes à piétons, ...
  29. Oui, grâce à des casiers à vélo et d’autres équipements permettant à la fois l’intermodalité, et la protection contre les vols et les dégradations. L'intermodalité passera également par l’augmentation de la fréquence des trams et des bus, dont la faiblesse empêche aujourd’hui l’accès aux vélos mais aussi, aux fauteuils et aux poussettes. Comment entrer dans un bus bondé ?
  30. 12- L’intermodalité est un point trop souvent négligé. Cela permet d’étendre les déplacements possibles. Nous entendons la favoriser.
  31. Nous avons quelques doutes sur les racks à vélo, car le cycliste dans le bus n’a qu’un accès limité à son vélo et risque de se le faire chiper aux arrêts. Même problème s’il y a deux vélos et qu’il faut enlever celui devant pour récupérer le sien, cela entraîne un arrêt prolongé du bus et un besoin de revoir les emplacements dédiés aux bus pour que des personnes puissent manœuvrer devant. Accepter des vélos dans les bus cela nous semble un peu plus simple.
  32. C'est dans notre programme. Nous aimerions également relancer la desserte des communes limitrophes par les lignes SNCF (en commençant par la création d'une halte à la Source derrière le CNRS), mais également sur la ligne Orléans-Blois puis à terme Orléans-Châteauneuf. Il faudra alors penser les gares comme des pôles d'intermodalité.
  33. Nous mettrons en place des entrepôts intermédiaires point de départ des livraisons du dernier KM que nous souhaitons plus propres : tram-fret, véhicules électriques, livraison vélo...
  34. 11- La promotion de logistique légère est intéressante mais il faut faire attention aux mesures coercitives qui ne pourront être prises que dans un second temps. Un changement n’est efficace que s’il est compris et accepté par tous.
  35. C’est une idée très intéressante, mais logistiquement c’est un sacré défi. Notre questionnement c’est sur la modalité de mutualisation, si c’est une sorte de coopérative cela nous plairait bien, il faut faire attention aux questions de conditions de travail afin de ne pas recréer une sorte de Deliveroo bénéficiant d’un soutien public. Pour les questions de pénibilité, il faut sans doute penser une assistance électrique.

    Les aménagements actuels sont très mal adaptés aux vélos cargo, notamment à cause de la largeur des voies cyclables et des arrêts très fréquents que nos aménagements imposent aux vélos.
  36. Repenser toute la "logistique du dernier kilomètre" est dans notre programme.
  37. La création d'espaces de circulation sécurisés pour les piétons et cyclistes sur de longues distances est un enjeu majeur pour le développement urbain du territoire. C’est dans ce cadre que nous souhaitons mettre en place 100 KM de pistes cyclables sécurisées et cohérentes.
    Concernant l’axe nord-sud nous souhaitons que celui existant soit mieux signalé, entretenu, sécurisé, voir doublé à l’ouest.
    Dans le cadre de ces routes, la refonte des franchissements de la Loire sera le plus gros chantier. Nous ne nous déroberons pas face à cela.
  38. 10- Les aménagements doivent être réalisés pour obtenir, le plus vite possible, une Véloroute qui incitera encore davantage la pratique du vélo dans les déplacements quotidiens. Assurer la rapidité et la facilité des déplacements, garantir leur sécurité : telles sont les objectifs que nous souhaitons nous fixer pour accompagner la mutation. Oui, un axe Nord/Sud semble prioritaire. N’oublions pas que l’essor du vélo à assistance électrique augmente considérablement les trajets potentiels notamment vers les zones périphériques.
  39. C'est dans notre programme. Un axe nord-sud sera étudié en priorité. Il concernera dans un premier temps la commune d'Orléans et devra servir de modèle pour entraîner les aménagements sur les autres communes de la métropole. Une telle mesure ne peut être pensée qu'à l'échelle métropolitaine. Ceci devra être pensé en parallèle d'une autre mesure de notre programme, la création d'une "coulée verte".
    Dans un second temps un axe Est-Ouest devra être envisagé.
  40. Une telle décision dépend de l'étude, au cas par cas, de la configuration de chaque centre-ville. Il n'appartient pas à l'équipe d'Orléans de décider pour les autres villes, bien qu'elle puisse amorcer des décisions en ce sens.
    Pour ce qui concerne Orléans, la réflexion sur les zones 30 sera menée en même temps que la révision du plan de circulation. Nous étendrons les aménagements de ralentissement à l’ensemble des quais.
  41. 9- Comme pour la zone à faibles émissions, nous éviterons l’extension de la zone « 30 » qui pourrait déclencher une opposition bloquante.
  42. Oui sur le principe. La difficulté réside souvent à faire effectivement respecter de telles limitations de vitesse, notamment en soirée. Certains aménagements visant à réduire la vitesse des automobilistes s’avèrent plus gênants pour les cyclistes que pour les automobilistes, nous devrons travailler là-dessus.
  43. Cette mesure concernera dans un premier temps les quais de Loire. Pour les quartiers excentrés d'Orléans cela devra être pensé en fonction du plan de circulation (proposition 6). Pour les autres communes de la métropole, cela dépendra de la majorité à la métropole !
  44. Une telle structure pourrait voire le jour, avec la participation d'acteurs déjà existant, et faciliterait la diffusion et l'appropriation de cette modalité de déplacement aux Orléanais. Nous ne nous engageons pas sur la temporalité de son inauguration, mais un tel lieu verrait le jour avant la fin du mandat.
    Par ailleurs, nous installerons des parkings à vélo sécurisés partout dans la ville.
  45. 8- La maison du vélo est une excellente proposition à mettre en œuvre le plus vite possible. Elle doit devenir le symbole de cette politique volontariste. Elle pourra être aussi un lieu d’insertion.
  46. Oui sur le principe, mais en fonction des surfaces à mobiliser et de la probable localisation sur le trajet de la Loire à vélo coté nord, 2 ans cela nous paraît difficile sauf si un lieu adapté existe déjà, qu’il est propriété de la mairie, vide d’activité et ne nécessite pas de trop gros travaux. Sinon le délai de 2 ans est intenable.

    Nous pouvons nous engager à engager les travaux dans les 2 ans et peut-être imaginer une structure provisoire, pas forcément près de son implantation définitive, pas forcément sur les mêmes surfaces ou les mêmes équipements servant à tester différentes modalités de fonctionnement. Il nous faudra aussi recruter du personnel, ce qui peut parfois prendre un peu de temps si nous cherchons des profils un peu atypiques. Il faudra aussi réfléchir à la place des associations dans ce lieu.
  47. C'est en partie dans notre programme. Ceci sera mené en lien avec des associations comme Interaction. Peut-être à côté du Lab’O à la place du bâtiment logistique ?
  48. 7- Le forfait mobilité doit se faire au niveau de la métropole. Mesure à étudier et chiffrer ultérieurement.
  49. Nous aurons à discuter du montant avec les organisations syndicales, mais nous sommes d’accord avec le principe.
  50. Cette possibilité offerte par la loi d'orientation des mobilités en vigueur depuis le 1er janvier sera négociée avec les organisations syndicales représentatives de façon à impliquer tous les agents de la métropole. Si possible elle sera étendue aux salariés prestataires et aux sous-traitants.
  51. Nous avons proposé de réviser complètement le plan de circulation d’Orléans : transports en commun, auto, vélo. Cette révision accompagnera le développement des transports en commun et des pistes cyclables protégées.
  52. 6- Bien sûr, pour faire une place aux vélos, le plan de circulation doit être révisé. Ecoutons, proposons, améliorons…
  53. Oui, sur le principe nous sommes d’accord, mais cela dépend de la configuration exacte des axes.
  54. C'est dans notre programme. Cela devra être fait à l'échelle métropolitaine mais la ville d'Orléans peut et doit initier ces changements. Cela sera pensé en même temps que la redéfinition du maillage des transports en commun (TAO).
  55. Les zones piétonnes, ou à circulation réduite, existent déjà au sein d'Orléans. Néanmoins, la politique de développement urbain envisagée par la liste permettrait à terme d'augmenter ce type d'espace. Les péages urbains sont difficilement envisageable pour une ville de cette taille. L'impact sur l'accessibilité serait trop important : Orléans doit rester ouvert aux espaces périphériques et ruraux sans quoi nous créerons des exclusions sociales et urbaines.
  56. 5- Cette mesure de zone à faibles émissions peut s’étudier mais nous ne souhaitons pas la traiter de manière concomitante avec la mise en place de ce « plan vélo ». Nous ne souhaitons pas opposer le vélo à la voiture. La révolution peut se faire sans couper la tête des automobilistes. Quand le centre sera vraiment accessible en vélo et en transport en commun, alors nous pourrons limiter l’accès à certains véhicules. Offrir une alternative avant d’interdire.
  57. Nous aurons à discuter du périmètre précis à retenir pour cette zone, mais nous sommes d’accord sur le principe.
  58. Durant la mandature.....
  59. Cela nous parait difficile à mettre en place concrètement dans notre métropole, à part dans l'hyper-centre piétonnisé. Nous devons lutter contre les origines du problème plutôt qu'interdire certains types de véhicules.
    Il est plus judicieux par exemple de mettre en place la livraison du « dernier kilomètre » par des véhicules électriques.
    De plus Orléans est une ville de transit en particulier sur l’autoroute. Il nous sera impossible d’interdire les véhicules les plus polluants qui traversent notre métropole par cette voie ou par la RD2020. Mais bien évidemment toutes les initiatives pour que des véhicules moins polluants circulent dans la ville (et pas uniquement dans l'hyper-centre) seront étudiées.
  60. La municipalité n'a pas de capacité d’action sur le contenu des cours. Elle peut cependant proposer, à travers les Actions Éducatives, ou les temps périscolaires, des actions de sensibilisation à l'utilisation des vélos. Nous souhaitons systématiser ces temps.
    Par ailleurs nous installerons dans chaque école des garages à vélo sécurisés.
  61. 4- Apprentissage du vélo à l’école. Il s’agit pour nous d’un point très important. Tout passe par l’éducation. Ce sont nos enfants qui nous incitent à prendre le vélo. Ce sont aussi eux qui peuvent nous freiner à le prendre par peur de les insérer dans la circulation. L’éducation à l’école du « savoir rouler en ville » est un vrai plus. Le vélo doit devenir un réflexe. Nous soutiendrons cette initiative dans toutes les écoles primaires de la ville. La maison du vélo peut être un lieu d’apprentissage.
  62. Nous avons tendance à croire que de tels équipement doivent être mutualisés, car les écoles d’Orléans sont peu en capacité d’accueillir de tels équipements. Cette mutualisation pourrait notamment se faire en lien avec la « Maison du vélo » que vous proposez.

    Nous nous sommes posés la question sur l’intégration des enfants en situation de handicap moteur à ces dispositifs d’apprentissage et nous voulons continuer à creuser la question dans l’avenir, avec vous si vous le souhaitez.

    Les pédibus et vélobus sont souvent des initiatives parentales, mais nous pourrions effectivement faciliter la mise en relation des personnes, la communication et y apporter un soutien technique et un peu de matériel comme des gilets réfléchissants. Cela nous serait aussi utile pour prioriser les aménagements cyclables de connaître les trajets les plus souhaités et les obstacles qui y sont rencontrés.

    Lors des sorties scolaires la configuration est un peu différente puisque l’on est sur la responsabilité des établissements et que l’équipe éducative est à l’initiative de l’activité, se pose notamment la question des personnes en situation de handicap moteur.
  63. C'est dans notre programme à l'intersection des thématiques "mobilité" et "éducation".
    La création d'une piste d'apprentissage pérenne pour toutes les écoles d'Orléans est envisagée pour mutualiser les coûts. Dans un premier temps un soutien sera apporté aux associations de parents d'élèves souhaitant mettre en place des pédibus et vélobus puis des parcours pourront ensuite être mis en place par la mairie.
    Des garages à vélo couverts pour vélos et trottinettes seront installés dans toutes les écoles (selon place disponible).
  64. Dans le cadre d'une politique de démocratie participative (cf nos engagements sur la question), la création d'audit citoyen ou de comité de pilotage associant services, élus et associations prend tout son sens. Cela fait parti de nos engagements.
  65. 3- La métropole doit s’attacher à organiser mais aussi à consulter un comité-vélo. Là encore, nous ne pouvons pas nous y engager mais nous soutiendrons cette initiative.
  66. Nous formulions la même chose différemment, donc d’accord.
  67. C'est dans notre programme. Cela s'inscrit dans la logique de concertation à tous les niveaux et d'implication des citoyens dans les décisions publiques qui est en particulier proposé par le collectif Orléans Ensemble qui fait partie de notre liste.
    Cette concertation pourra être animée par un "Monsieur ou Madame Vélo", mais il est probable que cette concertation soit pertinente surtout à l'échelle métropolitaine.
  68. Une politique vélo à Orléans doit s’appuyer sur un tel cadre, et même chercher à aller plus loin. Nous souhaitons qu’il y ait à Orléans 100km de pistes cyclables cohérentes et sécurisées.
  69. 2- Le respect de la loi LAURE est évidemment la base d’une politique publique relative au vélo. Nous nous engageons à la mettre en œuvre.
  70. La loi LAURE est une loi importante qui a modifié le code de l’environnement, L’article L228-2, fixe une orientation claire sur l’évolution que doivent prendre les villes dans ce domaine. Sauf que beaucoup de communes s’en fichent complètement, à commencer par Orléans. Nous n’avons pas formulé les choses en parlant de la loi LAURE, mais nous avions la même démarche, donc nous n’avons pas d’objection à nous engager à respecter dans la forme comme dans l’esprit cette loi.
  71. La loi LAURE doit en théorie toujours être respectée ;-)
    On sait que parfois son application peut entrer en contradiction avec d'autres contraintes. Ainsi pour des cas très spécifiques il se pourrait qu'un arbitrage soit fait en fonction d'autres contraintes mais ces cas devront rester exceptionnels.
    L'esprit de la loi sera dans tous les cas respectée.
  72. En France, le budget moyen pour la politique cyclable est actuellement de 8€/ habitant. Passer à 25€ serait un message fort et influerait réellement sur le long terme.
    Dépenser pour dépenser n’a que peu d’intérêts : cette augmentation du budget sera faite au fil de la montée en puissance des investissements dans le vélo.
  73. 1- Nathalie Kerrien s’engage à n’être que Maire d’Orléans. Elle ne cumulera pas la charge municipale avec la présidence de la métropole. Cependant, nous pèserons de toutes nos forces pour doter la métropole d’un vrai programme budgétaire pluriannuel pour la politique cyclable. Un budget à la hauteur de nos ambitions. Une dotation initiale de 25 euros par habitant peut servir de base de discussion.
  74. Nous étions 116 685 habitants à Orléans au dernier recensement en 2017, donc on part sur un budget de 2 917 125 € par an pour la politique cyclable. Pour l’échelon métropolitain et ses 282 828 habitants, cela fait 7 070 700 €.

    Il nous semble que l’aspect financier n’est pas une mesure en soi mais la conséquence des mesures prises. Nous avons des ambitions en matière de cyclabilité du territoire qui sont importantes et donc vraisemblablement cela aura des conséquences sur le budget consacré à cette politique, mais nous n’avons pas réalisé un chiffrage précis de cela.

    Il nous semble aussi que l’augmentation de la mobilité active s’accompagnera d’une baisse de la circulation automobile et donc engendrera à moyen terme des économies liées à une moindre usure des équipements et surtout à l’absence de besoins de nouveaux équipements.

    Il faudra discuter de la façon de comptabiliser les dépenses à inclure ou non dans la politique cyclable et dans quelle proportion afin que des artifices comptables ne fassent pas augmenter ou diminuer ce montant sans que cela ne se rapporte à un véritable engagement financier.
  75. 25€/habitant soit environ 7 millions d'euros par an. Ce budget s'entend au global : mise en place effective des 5 Meuros/an du "Plan Vélo" + financement d'aménagements spécifiques pour les vélos lors des travaux de rénovation.
  76. Là encore, seul Orléans est concerné ; c'est le reproche global sur ce questionnaire. C'est un questionnaire métropolitain ou Orléanais ???
  77. Si axe sud nord seulement, alors non. Toujours l'Est qui est pénalisé !
  78. Sur notre programme
  79. Une Zone telle que précitée serait très orientée sur Centre ville Orléans seulement ; je suis pour un élargissement à l'ensemble de la Métropole ; pourquoi le Centre de la ville la plus riche, et pas les autres, en particulier les petites communes.
  80. Dans notre programme
  81. A remarquer toutefois que certaines communes ont fait beaucoup plus d'efforts que d'autres à ce jour.
  82. Bonjour
    Il aurait fallu je pense, créer une question plus ouverte permettant à chaque liste d'ajouter de nouveaux points en plus des 20 questions
    J'aurai pu développer le car à pattes voire à vélos, les nouveaux aménagements souhaités de franchissement souterrain de l'autoroute et aériens avec la création d'un nouveau pont et une piste cyclable exigée auprès de Cofiroute, notre projet de distribuer aux enfants des écoles des équipements de sécurité, notre aide financière unique dans la Métropole de financement de location VAE TAO, la fin des discontinuité en 3 ans de nos pistes actuelles, la réhabilitation des chemins ruraux etc etc
  83. Pourquoi ne pas généraliser le tournes à droite dans la ville ?
  84. Nous avons budgété dès 2019 l'achat de ce mobilier urbain, notamment à proximité des commerces locaux et des équipements municipaux (culturels, sportifs,...)
  85. Tout à fait d'accord pour mettre en place l'article 52 de la LOM. Notre priorité sera d'installer un vrai box à vélo au niveau de l'arrêt Maurice Genevoix, lieu d'intermodalité central à Ingré.
  86. Cette décision nécessite du temps pour sa mise en œuvre, surtout sur les voiries déjà aménagées
  87. Dans les zones peu urbanisées de la métropole, l'aménagement sur les trottoirs procure une réelle sécurité sans créer de conflits d'usage en raison du faible nombre de piétons et de vélos en circulation. Cette solution peut permettre de créer un réflexe vélo en procurant un sentiment de sécurité aux cyclistes.
  88. Nous allons le créer à Ingré, à la fois vers le centre bourg mais aussi vers les écoles
  89. Nous proposons de revoir toute la signalétique urbaine, votre idée entre donc dans notre projet.
  90. Cela dépend du maire d'Orléans, je ne peux donc pas me prononcer.
  91. C'est une des missions prioritaires de notre Police Municipale
  92. Des emplacements sont déjà existants sur Ingré
  93. Nous y sommes favorables mais peu touchés sur notre ville
  94. Une des voies de promotion de la logistique légère est de doter les services municipaux de vélo-cargos pour les opérations de maintenance et d'entretien les plus simples. Ainsi, la puissance publique montre la voie à suivre e la faisabilité d'un tel fonctionnement.
  95. Nous avons fait figurer dans notre programme cette proposition dans le cadre du dédoublement de la RD 2057
  96. Notre priorité sera la création d'un axe : Ormes, Ingré, Saint-Jean-de-la-Ruelle, Orléans.
  97. Pour Ingré, la réponse est oui. Pour le reste, cela dépend des élus de chaque commune
  98. Si des permanences de cette maison peuvent se tenir dans des communes de la Métropole, nous sommes intéressé pour les accueillir à Ingré
  99. Excellente idée ! Dans le cas où je serais élu, pourrions-nous travailler ensemble pour organiser une fois par semestre un atelier vélo ouvert à tous ?
  100. C'est une des priorités de la ville d'Ingré avec plus d'une piste cyclable créée chaque année depuis 12 ans
  101. Les Ingréennes et les Ingréens doivent pouvoir se rendre dans la métropole avec leurs moyens de transport. Les plus démunis ont parfois de véhicules anciens qui ne répondent pas à certaines normes récentes, les priver d'un accès à une forme de mobilité géographique me semble contreproductif.
  102. La police municipale vient en renfort des enseignants pour l'apprentissage de la bicyclette sur des cycles et des sorties encadrées
  103. Nous le ferons. Est-il possible de travailler avec vous pour les formations vélo aux scolaires ?
  104. Nous porterons cela à la Métropole et pourquoi pas en créer un à Ingré ?
  105. Le budget dédié à la politique cyclable sera de 18,72 euros à partir de 2021. Il me semble que l'objectif de 25 euros doit être la perspective 2026 afin d'assurer une croissance de ce budget tout au long de la prochaine mandature.
  106. Nous ne sommes pas les donneurs d'ordre des travaux de voirie.
  107. Non concernés
  108. Non concernés
  109. Mais nous ne sommes pas concernés.
  110. Prévu au niveau de la halte TER en projet!
  111. Commune rurale non concernée.
  112. Nous sommes sur les itinéraires touristiques "Loire à vélo nord" et "véloroute du canal".
  113. Notre centre bourg est déjà en zone 30.
  114. Dans notre commune, à proximité du canal, nous projetons de mettre à disposition des équipements spécifiques pour les cycliste (petites réparations, toilettes, recharge de batteries).
  115. 1 voix au conseil métropolitain!!
  116. Sans objet sur la commune. L'ensemble des voiries ne nous appartiennent pas.
  117. La commune ne semble pas concernée du fait de sa configuration.
  118. Nous le pratiquons déjà.
  119. Les travaux de voirie étant métropolitains et la cohérence des liaisons devant être faite sur le bassin de vie et non à l'échelle communale; ce comité doit être constitué à l'échelle de la métropole avec, entre autres, des représentants de chaque commune.
  120. 7 millions d'euros par an apparaît comme démesuré. L'investissement doit être effectif mais raisonné et en faveur de la politique cyclable mais aussi des liaisons douces partagées et des transports collectifs.
    La question apparaît un peu biaisée et facilement démagogique : le budget cyclable étant forcément métropolitain, il pourrait être facile à chaque commune de s'engager sur un budget qu'elle n'assure pas elle-même.
  121. Vous oubliez les zones d activite d olivet
  122. Nous avons defini la zone 30 dans le quartier du Val. La reflexion doit se reprendre.
  123. Sur olivet le besoin est constant.
  124. Notre reflexion est constante sur le sujet. L etude des circulations dans les quartiers d Olivet, deuxieme ville du departement, devient cruciale.
  125. Ce comite velo sera associe aux travaux de preparation des budgets
  126. Nous proposons ce qui est possible à Olivet une nouvelle approche que la réfection des voies se fasse en respectant toutes les circulations douces y compris les pmr et ceci en enterrant les drainages eau de pluie pour les amener à des bassins de rétention bien situes
  127. La voirie est de compétence métropolitaine mais les travaux voirie sont financés par la dotation de compensation ou par abondement si la commune souhaite dépasser ce budget
  128. oui, il est malheureux de constater que ce n'est pas toujours la priorité des chantiers de voirie alors que cela devrait l'être.
  129. Oui, cette mesure doit être généralisée.
  130. Nous pensons que l'usage du vélo ne doit pas nécessairement suivre celui de l'automobile, en particulier dans les parkings souterrains particulièrement dangereux pour la pratique du vélo. par contre développer l'installation des abris sécurisés, sur des zones à fort potentiel d'usage pourraient être une option à étudier, sous réserve de la compatibilité avec la topologie des lieux.
  131. La mise en sécurité des vélos est essentielle pour le développement de son usage. Donc, oui nous multiplierons de façon coordonnée les dispositifs de mise en sécurité (arceaux ou autre)
  132. Non, nous pensons que dans certains contextes vraiment particuliers, pour une liaison courte en hypercentre par exemple, si toutes les possibilités de création n’aboutissent pas nous devrons envisager une cohabitation avec des règles de circulation spécifiques. Mais ce type de configuration ne sera pas recherché par défaut, nous ne voulons pas créer de pistes cyclables au rabais.
  133. Oui si cela est possible mais d'abord nous privilégierons la signalétique de sécurité pour les cycles : les carrefours des grands axes urbains et péri-urbains, les grands giratoires notamment sont des déserts d'informations sur les cycles. Certains giratoires sont tellement dangereux que les cyclistes doivent descendre de vélo pour se risquer à traverser sur des passages piétons dont le marquage au sol est effacé. Il y a tout à faire, panneaux, LED, peinture au sol, dispositifs de ralentissement des véhicules à moteurs, etc...Nous nous engageons à défendre et promouvoir un plan de rénovation des giratoires de toute urgence. En ligne si cela est possible avec les décisions Métropolitaines. Cela dit, la communication sur le temps gagnés en effectuant des trajets en vélo en zone urbaine est essentielle ; la démonstration du temps gagné en vélo est un vrai argument de passage à l’acte qu’il faut stimuler.
  134. Nous validerons ce type d'expérimentation; au-delà des aspects environnementaux, c'est aussi une question de sécurité majeure pour les usagers à vélo en traversée de Loire.
  135. Réprimer un contrevenant pour ce type d'infraction, c'est un aveu d'échec. Avec une police de proximité qui se déplacera en VTTAE, nous pensons qu'il sera plus facile pour communiquer, expliquer aux contrevenants l'absolue nécessité de respecter les règles. Nous nous engageons à mettre en place tous les moyens d'éducation possible afin d'éviter une répression systématique. Cela dit, des règles existent et la loi s'appliquera si nécessaire.
  136. L'intermodalité urbaine et péri-urbaine, aujourd'hui sous-représentée dans les comportements de mobilité, devra être révisée. Cependant, nous n'adhérons pas au rétablissement des liaisons ferroviaires inter-communales, notamment la liaison Orléans-Chateauneuf, pour des questions pratiques et budgétaires. L'urbanisme de Saint-Jean-de-Braye en l'état ne permet pas la circulation de trains régionaux sans dégrader fortement la qualité de vie des Abraysiens riverains, dégradation liée aux bruits et aux contraintes de circulation. par ailleurs les budgets nécessaires pour accompagner ce type de projet pourrait être très largement utilisé pour d'autres projets d'amélioration des mobilités beaucoup plus efficace et beaucoup plus collectif à l'échelle de la Métropole. Au niveau régional, d'autres solutions à promouvoir existent sans avoir à bâtir des tunnels et des ponts de chemin de fer coûteux et destructeurs pour l'environnement. Nous nous engageons à y réfléchir et à participer activement à l'expertise de ces projets.
  137. Nous devrons tenir compte des futurs nouveaux usages de mobilité. Nous accompagnerons toutes les initiatives qui s'inscriront dans notre politique de développement de l'usage du vélo.
  138. Oui, c'est essentiel pour promouvoir le vélotaf à l'échelle métropolitaine. Les règles du vélotaf sont la vitesse, la sécurité et le confort pour une expérience réussie. Nécessairement, pour répondre à ces règles; le schéma d'intention du Plan Vélo sous sa forme actuelle ne va pas assez loin dans la structuration de ces véloroutes. L'axe Nord-Sud est essentiel, tout autant que les axes péri-urbain Est-Ouest au Nord et au Sud de la Loire.
  139. Bien sûr nous y sommes favorables, mais ceci devra être réfléchi et décidé en concertation avec le Conseil Métropolitain.
  140. oui, cela fait partie de nos axes de développement de notre politique cyclable. Nous devrons mettre en place ce type de service ouvert à tous, cyclistes du quotidien ou non, mais aussi les cyclistes en devenir. Il est vital de développer une communication pour sensibiliser à l'usage des mobilités douces; un lieu dédié au Vélo est un bon moyen de propagande pour organiser des réunions, colloques, conférences, animations diverses.
  141. oui, cette mesure de la Loi d'Orientation des Mobilités sera proposé à nos agents territoriaux en plus des aides à l'achat d'un vélo électrique.
  142. Oui, nous nous engagerons à revisiter le plan de circulation sur notre commune en cohérence avec un Plan Vélo Métropolitain qui nous l'espérons (et nous agirons pour) sera beaucoup plus volontariste et ambitieux que sa forme actuelle.
  143. Nous sommes conscient de la dégradation croissante de la qualité de l'air sur notre Métropole, notamment concernant les émissions de particules fines mais aussi des niveaux de l'ozone (fortement liés aux conditions climatiques). Ce type de pollution atmosphérique est très large, ne se limite pas à des zones en particulier mais diffuse largement et en fonction des conditions climatiques. Nous devons avoir une action concertée, globale à l'échelle de la Métropole mais aussi régionale. Traduire et renforcer la visibilité des relevés Lig'Air par exemple peut être un bon moyen de prise de conscience de l'absolue nécessité du changement de nos modes de déplacement. Une autre action pourrait être aussi de lancer une grande consultation pour baisser les seuils d'alerte.
  144. Nous renforcerons les actions de promotion du Vélo auprès de nos écoles. Par exemple, nous envisagerons d'équiper nos policiers municipaux de VTTAE, qui au-delà de leurs missions de surveillance, de prévention et de conciliation, assureront la promotion de l'usage du Vélo pour les petits déplacements individuels quotidiens. L'idée de fond est de montrer l'intérêt de l'usage au quotidien du vélo. C'est un exemple, bien sûr nous mettrons en place des actions de communications et de stimulation de l'usage pour les élèves de nos écoles mais aussi dans la futur Maison du Vélo. Aujourd'hui les pédibus et les vélobus sont des initiatives citoyennes remarquables, nous devons les accompagner, les soutenir et surtout les généraliser.
  145. C'est un axe fort de notre politique Vélo, cette démarche, déjà initiée au niveau Métropolitain se combinera et se renforcera sur un relais citoyen Abraysien. Nous sommes et serons des cyclistes Abraysiens ET Métropolitains. Il y a donc une véritable logique à partager les mêmes exigences tous ensemble.
  146. la loi Laure s'impose a minima pour tout aménagement cyclable et nous n'y dérogerons pas.
  147. Nous souhaitons développer une vraie politique cyclable ambitieuse. Pour accompagner cette politique, un budget de 500.000€ est atteignable en y intégrant toutes les actions que nous mettrons en place à Saint-Jean-de-Braye et en lien avec notre contribution Métropolitaine.
  148. Des intimidations de voitures sont fréquentes ! J'en ai vu une en 2019 et subi une en 2020, malgré mes 600 modestes kilomètres annuel en ville.
  149. Avec verbalisation possible avec les systèmes de vidéo protection existants
  150. Malheureusement, il y a une impossibilité de changer les choses dans cet optique pour le Tram A
  151. Aides aux créateurs sur ce créneau d'activité : en fonction des émissions non émises ?
  152. Pour un axe Nord-Sud et pour prendre en compte la dimension d'irrigation de la ville au sens large et de l'intermodalité, il y a vraiment nécessité d'une véloroute d'Artenay à La Ferté St Aubin.
  153. Les Faubourgs seraient l'idéal ! Non ?
  154. D'où la nécessité d'avoir un budget spécifique et conséquent
  155. Ce montant représente le montant dont la Métropole a bénéficié lors de du passage en Métropole, soit près de 6 millions d'euros. Ils n'ont pas été routés vers des projets "éco-responsables"
  156. OUI, toutefois, si la largeur de la voie est vraiment insuffisante, un marquage sur le trottoir me semble préférable à la chaussée.
  157. Prenons modèle sur les collectivités notamment à l'est de la France qui ont fait ces aménagements depuis longtemps
  158. Pourquoi ne pas mettre en place un système de vignette comme à Paris ?
  159. voir avec le Conseil départemental pour étendre la sensibilisation dans les collèges notamment sur la sécurité avec l'opération "voir et être vu"
  160. Excellente suggestion
  161. OUI dans la mesure où la largeur de la voie le permet ou bien alors, envisager un sens unique.